Son pied gauche magique a enchanté le Sénégal qui l’a découvert cette année au cours des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des moins de 19 ans. Repéré par Arsène Wenger, il est actuellement à l’essai à Arsenal. Interview du coach de l’ équipe nationale cadette, René Diouf, qui veille à l’évolution du  » petit  » chez les Gunners.


Shérif Ousmane Sarr que la presse sénégalaise considère comme le prochain successeur de Fadiga chez les Lions de la Téranga est un pur produit du centre de formation sénégalais Aldo Gentina. Passé directement en équipe nationale des moins de 19 ans, il n’a jamais évolué dans le championnat sénégalais. Repéré par Arsène Wenger, il est est actuellement à l’essai à Arsenal où il est promis, selon René Diouf -son entraîneur en sélection nationale – à une belle carrière professionnelle.

Afrik-Foot.com : Sherif Ousmane Sarr parachève actuellement une série de tests à Arsenal. C’est un bon. Est-il prêt pour une aventure professionnelle ?

René Diouf : Malgré son jeune âge (17ans), le petit a d’énormes qualités. C’est un bon meneur de jeu doté d’une intelligence tactique, indispensable aux grands clubs européens. Un potentiel qui ne demande qu’à se concrétiser dans un milieu approprié. Il est excellent et a déjà fait ses preuves chez les Lions de moins de 19 ans. Je me tiens au courant de sa progression là-bas à Londres. C’est sûr qu’il suivra les traces de Diouf et de Henri Camara.

Afrik-Foot.com : Quelles sont ses chances de conclure un contrat avec ce mythique club londonien? Autrement dit, d’autres clubs s’intéressent-ils à lui ?

René Diouf : Le petit, il en veut. Sorti de notre réputé centre de formation, il a tout pour éclore dans un grand club. Véloce, c’est un fin stratège. Il a su taper dans l’oeil de Wenger.

Quand il rejoindra l’équipe nationale cadette au mois de juin prochain, en Suisse, pour le tournoi de la Bellinzona, on fera ensemble un point sur son parcours. Sinon, on garde toujours de bons contacts avec l’AS Monaco, partenaire du centre de formation Aldo Gentina d’où sont sortis des Lions comme Moussa N’Diaye, Tony Sylva et Amdy Faye. Par ailleurs, d’autres clubs européens sont encore dans la course.

Afrik-Foot.com : Le départ éventuel de ce jeune talent ne constitue-t-il pas une perte pour le championnat local ?

René Diouf : C’est un mal qui fait du bien. Peut-être aurait-il fallu attendre encore un peu qu’il alimente le championnat national… Son expérience à l’étranger sera toujours bénéfique aux Lions de la Téranga. Voyez un peu nos dernières sorties – l’efficacité de nos joueurs professionnels commence par porter ses fruits.

Afrik-Foot.com : Ne craignez-vous pas qu’une contre-performance des Lions fasse retomber la ferveur des supporters ?

René Diouf : La dynamique créée par Japon 2002 et notre place de finaliste à la Can 2002 ont fédéré tout le peuple – et la ferveur n’est pas prête de retomber. Malgré le match nul enregistré à Banjul le 30 mars dernier, dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (Can 2004), les supporters étaient au rendez-vous. Et puis les dernières distinctions de la Confédération Africaine de Football (Caf) ont bien gonflé le moral des troupes.