L’aventure de François Ciccolini sur le banc de l’USM Alger a tourné court ! Nommé au mois d’août, l’entraîneur français a dirigé son premier match officiel samedi à l’occasion de la défaite en Supercoupe d’Algérie face au CR Belouizdad (1-2).

Ce revers a eu tellement de mal à passer aux yeux du technicien, réputé pour son fort caractère, que celui-ci a décidé de zapper le protocole d’après-match qui aurait voulu qu’il monte en tribunes d’honneur afin de recevoir une médaille des mains du premier ministre algérien. Conséquence immédiate : le Corse vient d’être limogé ce dimanche ! «Rappelons que pour la direction de l’USM Alger, le respect des hautes autorités du pays est une ligne rouge à ne pas franchir», a justifié l’USMA à travers un communiqué. Le président du conseil d’administration, Achour Djelloul, s’est montré encore plus tranchant.

«Ciccolini a fauté, il doit payer. Nous avons pris la décision de le limoger, elle lui sera notifiée aujourd’hui. Il était déçu par la défaite, mais ce n’est nullement une raison pour ne pas respecter la cérémonie protocolaire. Il a été prié de monter à la tribune pour recevoir sa médaille, mais il a campé sur sa position. Nous sommes frustrés et indignés par son comportement. Ces comportements sont étrangers à l’USMA. Nous ne sommes pas près de laisser faire, sans prendre les mesures qu’il faut. Même Antar Yahia (le directeur sportif, ndlr) a été surpris par l’attitude de Ciccolini, ce dernier n’a donné aucun signe de vie depuis hier (samedi) soir», avait déploré le dirigeant un peu plus tôt auprès de l’Agence de presse algérienne. L’adjoint Cheikh Bouziane va assurer l’intérim.