«Si vous pensez que je suis terminé, laissez-moi jouer pour un des pays pour lequel je suis éligible et nous verrons.» En réponse au président de la FFF, Noël Le Graët, qui a déclaré «pour lui, l’aventure en équipe de France est terminée», Karim Benzema n’a pas mâché ses mots samedi et demandé à la FFF de l’autoriser à jouer pour le pays de ses origines, l’Algérie (voire pour l’Espagne, où il réside depuis 2009).

Forcément interrogé à ce sujet ce dimanche, le sélectionneur des Fennecs, Djamel Belmadi, n’a toutefois pas souhaité entrer dans ce jeu-là. «J’ai Bounedjah, Islam (Slimani), Delort, Soudani. Je suis très content des joueurs que j’ai», a éludé le technicien devant les médias.

Une réponse logique, d’abord parce que l’ancien joueur de l’OM a plus urgent à penser, lui qui prépare le match contre le Botswana lundi dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2021. Surtout, Belmadi sait bien que ce n’est pas la FFF qui peut décider des changements de nationalité sportive, mais uniquement la FIFA, et que Benzema n’a aucune chance d’être autorisé à jouer pour une autre sélection que pour les Bleus. A partir de là, logiquement, le technicien préfère soutenir les attaquants qu’il a à disposition.