Andy Delort aurait-il finalement une chance de rejouer avec la sélection algérienne sous les ordres de Djamel Belmadi ? Suite à sa demande de mise en retrait temporaire il y a un an, l’attaquant de Nice avait été fustigé et banni par le technicien, mais celui-ci a commencé à poser les bases d’un retour de l’Aiglon ce lundi en conférence de presse.

Lorsqu’un journaliste a tâté le terrain en faisant remarquer que le Niçois, auteur de 16 buts cette saison en Ligue 1, est l’attaquant algérien le plus en forme du moment, le vainqueur de la CAN 2019 a d’abord lâché un mystérieux «inchallah ça rentrera dans l’ordre». Relancé par la suite, Belmadi s’est montré plus loquace.

«Je n'ai absolument rien de personnel avec Andy, bien au contraire. Il a été exemplaire quand il a été avec nous. Humainement, c'est un joueur sans problème mais sa prise de position a été une bombe dans le groupe. Je vous mets dans la confidence : il y a eu une discussion depuis et d'autres informations qui n'étaient pas là avant sont intervenues. Avant, c'était très clair ce qu'il avait émis comme souhait et ce qui avait motivé ce souhait-là et ce n'était pas acceptable pour nous. Maintenant, d'autres éléments sont apparus. Il aura lui aussi à dire des choses en temps et en heure. L'équipe nationale n'appartient pas à Djamel Belmadi», a glissé l’ancien joueur de l’OM. De son côté, Delort avait rappelé en février qu'il n'a pas renoncé à la sélection. De là à imaginer un retour du buteur dans la prochaine liste en septembre…