Grand artisan du sacre de l’Algérie à la CAN 2019, le sélectionneur des Fennecs, Djamel Belmadi, possède une énorme cote de popularité, que ce soit au pays ou en France, où vit une importante communauté algérienne. La preuve avec cette anecdote racontée ce mercredi par le technicien dans les colonnes de L’Equipe.

«Dès que je suis à Paris (il vit surtout au Qatar), je ne paie plus rien ! Je prends un taxi avec la famille et il veut me faire visiter toute la ville pendant une journée ; au restau, c’est pareil», s’est amusé l’ancien joueur de l’OM. «On a vu cet impact à Lille contre la Colombie (3-0, le 15 octobre 2019). C’était incroyable ! En quarante-huit heures, il n’y avait plus de places. Et au pays… Plus de sept millions de gens nous ont accueillis dans les rues d’Alger (au lendemain du sacre à la CAN, ndlr)… C’était indescriptible. On ne voyait même plus les roues du car tellement les gens nous entouraient. Là, tu prends encore plus conscience du truc, car tu n’es plus dans ta bulle en Égypte, et tu te dis : ‘Heureusement qu’on a gagné.’»

29 ans après, il s’agissait du 2e sacre de l’Algérie à la CAN, le premier «à l’extérieur».