Algérie : un nouveau couac avec la pelouse avant la Tanzanie

Djamel Belmadi n'est pas au bout de ses peines ! Déjà irrité par l'état déplorable des pelouses du centre technique national de Sidi Moussa – ce qui a d'ailleurs conduit les Fennecs à se préparer à Constantine – le sélectionneur de l'Algérie doit faire face à de nouvelles déconvenues avec le stade du 19-Mai-1956 d'Annaba, lieu du match contre la Tanzanie ce jeudi.

Des photos pour le moins trompeuses ! Peinte sur les bords et à certains endroits comme le montre la vidéo partagée par le compte Twitter “DZfoot“, la pelouse du stade d'Annaba (56 000 places) n'est pas aussi fraîche qu'elle le laissait paraître sur les clichés. L'objectif ? Masquer la sécheresse palpable à certains endroits du terrain… Une bien mauvaise surprise pour le groupe algérien, qui pensait pouvoir jouir d'une pelouse en bon état. Face à ce constat, le coach Belmadi a décidé de diriger sa séance d'entraînement de mercredi sur le terrain annexe, au risque de détériorer encore plus la pelouse avant la rencontre de ce jeudi face aux Taifa Stars de la Tanzanie.

Le Sénégal à Diamniadio !

Heureusement pour les troupes du technicien de 47 ans : elles n'auront qu'un seul match à disputer à Annaba. L'enjeu y est d'ailleurs minime puisque les Fennecs, en tête de leur poule F avec 15 unités au compteur, sont déjà certains de participer à la prochaine CAN. Ils espèreront prendre leur revanche après l'humiliation subie lors de la dernière édition (élimination au 1er tour). Mais avant de penser à la Coupe d'Afrique, les Verts disputeront les deux premières journées des éliminatoires de la Coupe du monde 2026 au mois de novembre (contre la Somalie et le Mozambique), puis une rencontre amicale de prestige face au Sénégal ce mardi 12 septembre. Inaugurée il y a seulement un an et demi, la pelouse du stade Abdoulaye Wade de Dakar (50 000 places), l'enceinte qui accueillera ce choc, se trouve a priori dans un meilleur état que celle du stade du 19-Mai-1956 d'Annaba.

Algérie : un nouveau couac avec la pelouse avant la Tanzanie
Anthony Olivier

Explorateur et gratte-plume du football africain, j'aime brosser le portrait des nouvelles pépites du continent.