etoo-victime-scandale.jpg

« Tous les goûts sont dans la nature », a déclaré Samuel Eto’o en apprenant la remise du Ballon d’Or 2006 au défenseur italien Fabio Cannavaro. Mais c’est depuis la France que les attaques sont les plus vives : Thierry Henry a de nouveau manqué la première place. Eto’o se classe sixième et Didier Drogba huitième.


Sauf cuvée exceptionnelle, chaque année, la remise du Ballon d’Or France Football est l’occasion de délicieuses polémiques. La remise du trophée 2006 à Fabio Cannavaro ne pouvait y couper. Le défenseur international italien, vainqueur cette année de la Coupe du Monde et du championnat italien, avec la Juventus de Turin, devance son compatriote Gianluigi Buffon et l’attaquant français Thierry Henry. Samuel Eto’o Fils se classe sixième et Didier Drogba, son rival ivoirien au trophée du Ballon d’Or africain, huitième. Comme 23 des 50 footballeurs présélectionnés, le Malien Mahamadou Diarra et le capitaine des Black Stars du Ghana, Michael Essien, également engagés dans la course au trophée africain, ne recueillent aucun point.

L’année passée, c’est Samuel Eto’o qui avait fait le spectacle en dénonçant, à sa façon, sa place dans le classement du Ballon d’Or. L’international camerounais, auteur d’une année exceptionnelle avec le FC Barcelone, mais moins en réussite avec sa sélection nationale, est actuellement en convalescence après une opération au ménisque du genou droit. « Le Ballon d’Or donné à Cannavaro ? a-t-il demandé en apprenant le palmarès du Ballon d’Or 2006. C’est une mauvaise blague…? Mais bon, tous les goûts sont dans la nature. »

« Eto’o Fils victime d’un scandale »

Le quotidien camerounais Le Messager fait moins dans la finesse ce mardi. Sous une photo du footballeur désemparé, un titre barre la une sur trois colonnes : « Eto’o Fils victime d’un scandale ». Le journal rappelle les deux titres que son protégé a engrangés cette année : Liga (championnat espagnol) et Ligue des Champions ; ses trophées individuels : pichichi (meilleur buteur du championnat espagnol), Soulier d’or de la Coupe d’Afrique des Nations 2006, meilleur joueur de la finale de la Ligue etoo-victime-scandale.jpg des Champions, et cite les joueurs en activité (Ronaldinho, Thierry Henry, Juninho) qui en faisaient l’un de leurs favoris. Il conclut : « L’élection du ‘meilleur joueur du monde’ obéirait ainsi à des critères non écrits [[les critères officiels sont : l’ensemble des performances individuelles et collectives (palmarès) pendant l’année considérée, la classe du joueur (talent + fair play), sa carrière, sa personnalité et son rayonnement]] qui peuvent mettre le talent entre parenthèses. »

Qui l’ignorait ? En 1998, certains des correspondants en Europe du bi-hebdomadaire France Football, appelés à voter pour le classement du Ballon d’Or, avaient donné leurs voix à Didier Deschamps, le capitaine de l’équipe de France. Ils souhaitaient ainsi sanctionner Zinédine Zidane, pourtant auteur de deux buts en finale de la Coupe du Monde, pour un violent geste sur un défenseur saoudien en match de poule. C’était avant la 107è minute de la finale 2006…

« C’est un bon joueur, mais ce n’est pas le Ballon d’Or »

Cette année, c’est de France que les critiques pleuvent. Sans doute parce que c’est souvent au sein des deux sélections finalistes de la Coupe du Monde qu’il faut chercher le vainqueur du Ballon d’Or. Alors Thierry Henry, Gianluigi Buffon, Zinédine Zidane, Fabio Cannavaro… ? Dans une interview, ce dernier a avoué qu’il aurait voté « Buffon, un ami, un phénomène » qu’il ne « met pas dans la catégorie des gardiens [mais] à part », puis « Henry et Pirlo ».

Raymond Domenech, le sélectionneur de l’équipe de France, avait « voté » Henry. Toujours classé mais jamais vainqueur, le Gunner d’Arsenal a disputé et perdu deux finales majeures cette année, en Coupe du Monde et en Ligue des Champions. « Je ne vais pas faire le procès de Cannavaro. C’est un bon joueur, mais ce n’est pas le Ballon d’Or. Le vrai Ballon d’Or va être élu le 18 décembre par la Fifa », tranche l’entraîneur des Bleus. Difficile en France de trouver une voix qui n’aille pas dans le même sens, que ce soit du côté d’Arsène Wenger (entraîneur d’Henry à Arsenal), de Jean-Pierre Papin (ex attaquant international français) ou de Gérard Houiller (entraîneur de l’Olympique lyonnais).

En France comme ailleurs, certains se réjouissent qu’un défenseur de formation soit enfin couronné, après les Allemands Franz Beckenbauer en 1972 et 1976 et Mathias Sammer en 1996. Quant à Fabio Capello, l’entraîneur de Canavaro au real de Madrid, il estime que « si on regarde les matchs au Mondial, Cannavaro a été le numéro un. Les attaquants au Mondial n’ont pas brillé ». Depuis plusieurs semaines, la remise du trophée au capitaine de l’équipe d’Italie n’était plus qu’un secret de polichinelle. Et une partie de la presse espagnole avait annoncé un Ballon de plomb pour le beau napolitain… Celui-ci assure qu’il se « fout des polémiques » et qu’il va travailler davantage, à Madrid, pour rattraper un début de saison indigne d’un Ballon d’Or.

Classement du Ballon d’Or 2006

1. Fabio Cannavaro (Juventus Turin, puis Real Madrid), 173 points

2. Gianluigi Buffon (Juventus Turin), 124 pts

3. Thierry Henry (Arsenal), 121 pts

4. Ronaldinho (FC Barcelone), 73 pts

5. Zinédine Zidane (Real Madrid, puis arrêt), 71 pts

6. Samuel Eto’o (FC Barcelone), 67 pts.

7. Miroslav Klose (Werder Brême), 29 pts.

8. Didier Drogba (Chelsea), 25 pts.

9. Andrea Pirlo (Milan AC), 17 pts.

10. Jens Lehmann (Arsenal), 13 pts.

11. Deco (FC Barcelone) et Kakà (Milan AC), 11 pts.

13. Franck Ribéry (Marseille), 9 pts.

14. Cristiano Ronaldo (Manchester United), Gennaro Gattuso (Milan AC) et Patrick Vieira (Juventus Turin, puis Inter Milan), 5 pts.

17. Frank Lampard (Chelsea), Lukas Podolski (FC Cologne, puis Bayern Munich) et Carles Puyol (FC Barcelone), 3 pts.

20. Juninho (Lyon), Lionel Andres Messi (FC Barcelone), John Terry (Chelsea), Luca Toni (Fiorentina) et Gianluca Zambrotta (Juventus Turin, puis FC Barcelone), 2 pts.

25. Philipp Kahm (Bayern Munich) et David Villa (Valence CF), 1 pt.

27. Michael Ballack (Bayern Munich, puis Chelsea), Tim Cahill (Everton), Andreï Chevtchenko (Milan AC, puis Chelsea), Joe Cole (Chelsea), Grégory Coupet (Lyon), Cris (Lyon), Mahamadou Diarra (Lyon, puis Real Madrid), Michael Essien (Chelsea), Francesco Fabregas (Arsenal), William Gallas (Chelsea, puis Arsenal), Steven Gerrard (Liverpool), Ludovic Giuly (FC Barcelone), Fabio Grosso (Palerme, puis Inter Milan), Claude Makelele (Chelsea), Florent Malouda (Lyon), Edison Mendez (LDU Quito, puis PSV Eindhoven), Juan Roman Riquelme (Villarreal), Arjen Robben (Chelsea), Wayne Rooney (Manchester United), Willy Sagnol (Bayern Munich), Bastian Schweinsteiger (Bayern Munich), Lilian Thuram (Juventus Turin, puis FC Barcelone), Tiago (Lyon), José Fernando Torres (Atletico Madrid), 0 pt.