Les réserves déposées par le Mali, concernant deux matches, dont le Bénin-Mali (1-0) de la 1e journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2014 n’en finissent pas de faire couler beaucoup d’encre. Si les recours maliens aboutissent, les Aigles pourraient reprendre la tête de leur groupe de qualification, un point devant l’Algérie qu’ils défieront à l’extérieur en septembre. Beaucoup se demandent pourquoi la réclamation qui concerne Fabien Farnolle (le portier béninois a défendu les couleurs de la France en catégorie de jeunes avant d’opter pour les Ecureuils sans avertir la FIFA de son changement de nationalité sportive) est intervenue seulement un an après la rencontre, disputée en juin 2012. Les mauvaises langues affirment que c’est un responsable béninois qui aurait récemment vendu la mèche aux dirigeants maliens pour une raison encore inconnue. La presse algérienne avait d’abord indiqué qu’il s’agissait de Manuel Amoros, sélectionneur éconduit des Ecureuils. Désormais, des rumeurs affirment que c’est le président de la Fédération béninoise, Anjorin Moucharafou himself qui serait le coupable. L’enquête menée par la presse pour démasquer « la taupe » se poursuit toutefois, si tant est qu’elle existe.

Sur le même sujet : une taupe dans la sélection du Bénin ?