Adversaire du Burkina Faso samedi à 16h GMT en quart de finale de la CAN 2017, la Tunisie rappelle bien des souvenirs au sélectionneur des Etalons, Paulo Duarte. D’abord parce qu’il avait débuté son premier mandat au pays des hommes intègres par un succès face aux Aigles de Carthage à Radès en juin 2008, ensuite parce qu’il a récemment entraîné le CS Sfaxien. Mais le technicien portugais se veut avant tout réaliste. « Ma première, c’était une grande victoire, qui restera pour toujours dans la tête des Burkinabè et sur mon CV. Mais je ne vis pas dans l’histoire. Plutôt dans la réalité, et la réalité c’est qu’on va jouer une grande Tunisie, qui revient au plus haut niveau après quatre ou cinq années sans grand résultat« , a-t-il souligné vendredi en conférence de presse.

« Je connais bien l’équipe qui compte trois joueurs qui ont joué sous mes ordres au CS Sfaxien. Mais ce n’est pas un avantage. N’importe quel entraîneur trouve aujourd’hui beaucoup d’informations en ligne sur toutes les équipes. C’est vrai que je sais comment les joueurs pensent et réagissent, que je connais la mentalité des joueurs tunisiens. Mais les joueurs aussi me connaissent bien, ce n’est donc pas un avantage. »