capture_d_ecran_2015-04-07_a_17.53.16.png

Malgré ses 68 ans, Issa Hayatou peut désormais briguer un nouveau mandat à la tête de la CAF. Depuis ce mardi, la limite d’âge, fixée à 70 ans, a été retirée des statuts de l’instance après un vote en assemblée générale.


La voie est libre pour Issa Hayatou. Malgré ses 68 ans, le président de la CAF n’a plus à craindre le poids des années. Réunie au Caire mardi, l’assemblée générale de l’instance dirigeante du football africain a répondu favorablement à la demande du Camerounais et a décidé d’abolir la limite d’âge qui interdisait aux membres du comité exécutif d’avoir plus de 70 ans, ce qui aurait constitué un obstacle à sa réélection en 2017.

Depuis 2012 et le vote d’un amendement déjà orchestré par Issa Hayatou pour éliminer ses rivaux, seuls les candidats qui sont -ou ont déjà été- membres du comité exécutif de la CAF peuvent postuler au poste de président. Cette fois, l’instance dirigeante du football africain a essayé de se faire discrète. « Les amendements des articles 18.10 et 17 paragraphe 8 des statuts de la CAF ont été adoptés à l’unanimité par l’assemblée générale« , annonce un communiqué laconique de la CAF (en anglais), sans préciser à quoi ces articles font référence.

 L’article 10 des statuts de la CAF (avant son amendement) :
capture_d_ecran_2015-04-07_a_17.53.16.png

Dans son discours d’ouverture, Issa Hayatou justifiait ces amendements au nom de la « logique » : « Lors de la dernière Assemblée Générale de la CAF à Sao Paulo, au Brésil, le 8 juin 2014, l’Afrique a décidé, à l’unanimité, de soutenir l’abrogation de ces dispositions dans les statuts de la FIFA. Ce qui a été fait. Il n’existe plus de limite d’âge pour les candidats à une élection au Comité Exécutif de la FIFA. » Il en va de même désormais à la CAF et ce n’est pas le Camerounais qui s’en plaindra…