Cameroun : Eto’o ne compte plus ses soutiens !

Après son violent accrochage avec l’envoyé du ministre des Sports et le sélectionneur déchu par ses propres soins, Marc Brys, mardi, Samuel Eto’o, le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) n’en finit plus d’accumuler les soutiens au pays.

C’est l’homme dont on parle depuis mardi matin. Alors qu’il rencontrait pour la première fois Marc Brys au siège de la Fécafoot, Samuel Eto’o a dégoupillé dans un face-à-face tendu avec le Belge. Au mépris de son président de tutelle, ayant insisté pour qu’il reste en vue d’une séance de travail avec le staff mis en place par ses soins, le Flamand a en fait préféré couper court en rejoignant Cyrille Tollo, l’envoyé spécial du ministre, sermonné avec une rare violence avant de se faire expulser par Eto’o quelques minutes plus tôt.

Mboma reprend Brys de volée

Et alors que le débat fait rage sur le coup de sang d’Eto’o, l’ancien Lion Indomptable, dont la gestion de la Fecafoot est pourtant vivement décriée ces derniers mois, voit les soutiens se multiplier comme rarement depuis le début du bras de fer avec le ministère des Sports.

Le premier à avoir volé à son secours est son ancien coéquipier en équipe nationale, Patrick Mboma. Sur son compte X officiel, l’ancien buteur a tapé sur Marc Brys, ayant défié, moqué et ironisé Eto’o lors de leur spectaculaire joute verbale. “Marc Brys croit avoir compris le football camerounais en s'adressant à Samuel Eto'o. J'en déduis qu'on lui a vraiment mal expliqué. Je dis ça, je dis rien…”, a-t-il posté, en sous-entendant que Brys se croit protégé par le ministère des Sports mais que ce n'est pas cette instance qui dirige en réalité le football camerounais.

Quelques heures plus tôt, plusieurs supporters se sont amassés devant le siège de la Fécafoot pour manifester leur soutien à Eto’o. Et ce, au point que certains internautes s’amusent en imaginant l’ancien Barcelonais poser sa candidature pour les prochaines élections présidentielles au pays, vu sa popularité notamment.

Le gouvernement en prend pour son grade

Plus tard, c’est un autre ex-international camerounais, Serge Branco, qui a réagi. Ce dernier a, lui, tiré à boulets rouges sur l’Exécutif, coupable à ses yeux, d’abus de pouvoir et de dénigrement, entre autres, envers Eto’o. “On est tout simplement dans une situation d'escroquerie morale, de zèle, d'envie, d'humiliation de l'autre par la tutelle, et d'abus de pouvoir plus d'une volonté de vouloir ridiculiser le président de la Fécafoot qui se défend très bien, puisqu'il est agressé moralement à son lieu de travail par sa tutelle. Le président de la Fecafoot est dans ses droits”, a-t-il pesté dans des propos relayés par AllezLesLions.

Pas de quoi refroidir le camp adverse néanmoins, puisque ce dernier poursuit sa préparation en vue des matches de juin comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2026. Le bras de fer continue…

Cameroun : Eto’o ne compte plus ses soutiens !
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.