Cameroun : “vous vous croyez où ?”, Eto’o met Brys à la porte !

Le sélectionneur du Cameroun, Marc Brys, qui a été nommé par le ministère des Sports, a été convoqué ce mardi matin au siège de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) afin de participer à une séance de travail. Le technicien belge a enfin eu l'occasion de rencontrer Samuel Eto'o, le président de l'instance. Et la rencontre, qui n'a duré que trois minutes, a tourné au mélodrame…

La “réconciliation” après les multiples rebondissements de cette affaire et échanges tendus à distance semblait pourtant de rigueur au moment de la poignée de mains entre les deux hommes, Eto'o lançant au Belge un “bienvenue chez vous“. Mais il n'aura pas fallu bien longtemps avant que les choses ne dérapent…

Avant que les choses s'enveniment entre Brys et Eto'o, l'ancien joueur du Barça s'en est d'abord pris à Cyrille Tollo, conseiller technique auprès du ministre, qui lui a interdit d'échanger seul à seul avec Brys, ce qui a mis Eto'o hors de lui. “Ici vous n'avez pas la parole. Quand je viens au ministère, je vous respecte. Ici je suis le seul patron. C'est la dernière fois ! Appelez-moi la sécurité et vous le mettez dehors ! C'est la dernière fois, vous avez compris !“, a grondé Eto'o en faisant mettre Tollo à la porte.

“Vous ne me parlez pas comme ça ! Arrêtez un peu ce bordel !”

Quelques secondes plus tard seulement, Eto'o s'est adressé à Brys pour lui demander de rester, contre l'avis du ministère, et donc de choisir son camp dans la guerre qui secoue le football camerounais. “Ne me touchez pas !“, lance d'emblée l'ancien Blaugrana au Belge, qui avait simplement posé sa main sur son épaule de façon courtoise. “Pourquoi vous me parlez comme ça ?” s'est alors étonné Brys. “Je suis le Président. Si vous voulez travailler avec nous… Vous êtes entraîneur parce que je vous ai nommé (Eto'o avait finalement reconnu la nomination de Brys, ndlr). Vous n'êtes pas entraîneur parce que quelqu'un d'autre vous a nommé. Vous avez fait beaucoup de manquements. Et je vous prie de rester dans cette réunion. Si vous ne restez pas, je suis obligé d'interroger mon comité exécutif comme la loi me le demande. Donc je vous prie une fois de plus, de rester ici s'il vous plaît“, lui rétorque Eto'o.

L'entraîneur de 61 ans s'émeut alors : “Cela fait deux mois que je suis ici“. “Je suis le Président“, lui rappelle Eto'o. “J'ai beaucoup de respect pour le joueur, mais c'est moi qui décide à la fin…“, lance Brys qui ne peut pas finir sa phrase tant Eto'o sort de ses gonds. “Vous, vous ne décidez pas ! Parce que ce que vous vous faites monsieur le sélectionneur, c'est moi qui l'assume, ce n'est pas vous. C'est moi le Président de la fédération. Dans votre pays, je ne le fais pas. Et vous ne me parlez pas comme ça monsieur le sélectionneur. N'oubliez-pas, en tant que footballeur, vous, vous ne pouvez jamais me parler. Donc maintenant je suis le Président. Vous ne me parlez pas comme ça ! Vous vous asseyez et on travaille. Arrêtez un peu ce bordel ! Il est temps d'arrêter ce bordel !

Brys tacle Eto'o… et s'en va !

Le Président de la Fécafoot, dans une colère noire, n'hésite pas à hurler aux oreilles de Brys, lui reprochant en quelque sorte de tolérer la situation ubuesque qui prévaut depuis plusieurs semaines et donc de salir l'image du Cameroun. “Mais c'est pas possible… Mais vous pensez que vous êtes dans quel pays monsieur ? Vous pensez je peux faire ça en Belgique ? Mais comment vous pouvez faire ça au Cameroun ?” lâche-t-il. “J'ai été entraîneur” lui rappelle-t-il aussi, en référence à sa pige comme entraîneur-joueur à Antalyaspor fin 2015. Ce à quoi Brys répond ironiquement “Pour 3 semaines…“. Nouvel élan de colère (et d'ego) de Samuel Eto'o : “Oui ! Et j'ai été très très grand joueur ! Très très grand joueur !“. Brys le félicite ironiquement en lui donnant une poignée de mains, avant que l'ancien buteur ne lâche en guise d'apothéose de cette échange pour le moins tendu : “et si vous traversez (cette porte, ndlr), vous ne reviendrez plus !“.  Brys ayant quitté la pièce, Eto'o lance à son directeur : “Convoquez mon comité exécutif“.

En attendant le communiqué incendiaire de la Fecafoot, on a en tout cas du mal à imaginer les deux hommes travailler ensemble après une telle scène et tout porte à croire que la Fecafoot va suspendre Brys et nommer un staff alternatif. A onze jours du match face au Cap-Vert pour le compte des qualifications à la Coupe du monde 2026, voilà le football camerounais plus que jamais au fond du trou…

L'échange entre Eto'o et Cyrille Tollo

Cameroun : “vous vous croyez où ?”, Eto’o met Brys à la porte !
Anthony Olivier

Explorateur et gratte-plume du football africain, j'aime brosser le portrait des nouvelles pépites du continent.