Cameroun : un nouveau désaveu pour Eto’o !

Samuel Eto’o, le président de la Fédération camerounaise (Fecafoot), a subi un énième affront au pays.

Décidément, les jours se suivent et se ressemblent pour Samuel Eto’o, le mal-aimé du football camerounais. Pris en grippe par la presse critique à cause de la non-délivrance de certificat international de transfert au jeune défenseur Rony Mimb Baheng (19 ans), l’ancien attaquant a été lâché par une partie des arbitres locaux.

Dans un communiqué cité par Camfoot, la Ligue régionale du Littoral a informé du report de la phase retour des préliminaires, initialement prévue du jeudi au vendredi 20 juin. C’est la conséquence directe de la décision des arbitres de prolonger une grève pour cause de rémunérations impayées.

Plus de 15 000 euros réclamés à la Fecafoot

D’après la même source, les officiels réclament deux ans de salaires et de primes impayés équivalant à une somme de 10 millions de FCFA, soit exactement 15 246 euros. La note officielle indique qu’un retour à la normale n’est conditionnée qu’au règlement des arriérés. Le premier visé est forcément la Fecafoot à qui revient le soin d’approvisionner les ligues régionales, dont la gestion financière est, elle, autonome.

Pour l’heure, l’instance n’a pas encore réagi. À moins de se soumettre promptement à la mise en demeure du corps arbitral, elle se dirige vers un nouveau front avec ses détracteurs nationaux. Et ce, alors que son bras de fer avec le ministère des Sports au sujet du staff technique des Lions Indomptables n’a pas encore connu son dénouement, malgré une relative accalmie favorisée par la fin des troisième et quatrième journées des éliminatoires de la Coupe du monde 2026.

Cameroun : un nouveau désaveu pour Eto’o !
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.