OM : Baheng forcé de rentrer au Cameroun !

Pratiquement un an après son arrivée à l’OM, le minot camerounais Rony Mimb Baheng se voit contraint de rentrer au pays.

Clap de fin pour Mimb Baheng à l’OM. Le latéral gauche de 19 ans va quitter le club marseillais phocéen un an après son arrivée en juillet 2023 en provenance de Kadji Sport Academy (KSA), révèle le journaliste Paul Chouta. Faute de certificat international de transfert (CIT) non délivré par la Fédération camerounaise de football (Fecfaoot), le dernier huitième de Ligue 1 a décidé de ne pas reconduire le contrat du natif de Douala, ayant disputé 13 matches de championnat national U19 pour 2 buts inscrits. Il devrait sauf revirement rentrer au bercail le 30 juin.

Cet épisode va peut-être laisser une trace dans la carrière du prometteur défenseur, même s’il est trop tôt pour tirer des conclusions définitives, au vu de son jeune âge. Mais comment en est-on arrivé là ? Selon la presse camerounaise, la Fecafoot a manqué de fournir le CIT à Baheng en dépit des nombreuses relances de l’OM et de la Fédération française de football (FFF). Une position justifiée par des suspicions de double identité et de fraude sur l’âge endossées au joueur. En effet, le site Camfoot révèle que deux demandes de licence auraient été formulées au nom de Baheng figurent sur la plateforme FIFA Connect.

La Fecafoot accusée de sabotage

La première, en date du 14 juin 2023, mentionnant que le garçon est né le 22 avril 2005, et titulaire d’une licence de son club depuis le 18 mai 2022. La deuxième, problématique, sur laquelle l’ordre des noms et prénoms du joueur est inversé, et signalant le 22 avril 2006 comme date de naissance. Une fois encore, c’est la Fecafoot, et plus précisément son président Samuel Eto’o qui sont suspectés d'avoir œuvré en coulisses. Le site Camfoot impute en effet l'émission de la seconde demande à l’instance qu’il accuse de sabotage. Par le passé, celle-ci aurait déjà cherché en effet à faire capoter le transfert de Baheng à l'OM.

Pour rappel, Gilbert Kadji, le président de KSA avait précédemment critiqué la Fecafoot pour refus d’émissions de licences à ses joueurs, y compris Baheng. L’organisme avait réagi dans la foulée en indiquant les dossiers du club n’étaient pas conformes pour la plupart. Une chose est sûre, c’est que cette affaire noircit un peu plus le mandat d'Eto’o à la Fecafoot, accusé de vouloir régler ses comptes avec son ex-mentor Kadji. En attendant, c’est Baheng qui paie les pots cassés.

OM : Baheng forcé de rentrer au Cameroun !
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.