Récemment nommé sélectionneur du Gabon, le Français Patrice Neveu possède une solide expérience africaine qui l’a notamment mené sur les bancs de la Guinée, de la RD Congo et de la Mauritanie. A quelques heures du coup d’envoi de la CAN 2019, compétition à laquelle sa sélection ne prend pas part, le technicien de 65 ans a livré son ressenti sur cette première édition à 24 équipes à Afrik-Foot.com.

Bonjour Patrice Neveu, à domicile l’Egypte fera figure de grandissime favori au coup d’envoi de cette CAN. Qui voyez-vous pour empêcher les Pharaons d’accrocher une 8e couronne ?

Le Sénégal sera dans le coup, l’Algérie aussi. Ce sont deux équipes qui peuvent être des prétendants, surtout le Sénégal à mon avis. Il y a aussi le Maroc d’Hervé Renard qui devrait au moins être dans le dernier carré. Il ne faut pas oublier la Côte d’Ivoire et le Cameroun, ce sont les champions sortants. Puis la Tunisie, qui a fait de très bons matchs amicaux, le Ghana, qui est toujours dans le coup, et le Nigeria. Je pense que l’Egypte sera fortement menacée.

Pour moi, la Guinée fait aussi partie des favoris. Le pays a souvent buté en quart de finale. C’est le moment ou jamais pour franchir ce cap et aller en demies ou en finale. Je pense qu’ils ont une équipe pour pousser plus loin. C’est un tour de table assez large mais je pense qu’on ne peut pas exclure ces équipes. Après le premier tour, il sera plus simple de dégager des favoris.

« Un premier tour long et sans surprise »

Vous avez évoqué la Guinée, une sélection que vous avez dirigée. Un mot aussi sur deux autres de vos «ex», la RDC et la Mauritanie qui va participer à sa première CAN ?

La RD Congo a certes fini 3e en 2015, mais d’après ce que j’ai entendu, la pression est extrêmement forte sur Florent Ibenge, qui fait pourtant un super boulot depuis qu’il est en poste. Je ne mets pas la RDC dans mes favoris.

La Mauritanie a eu un tirage extrêmement difficile avec la Tunisie, le Mali et l’Angola. Ce qui est certain c’est que vu l’effectif, la phase éliminatoire qu’ils ont réalisée et l’enthousiasme au pays suite à la qualification, on va avoir une équipe extrêmement engagée, généreuse et capable de pratiquer un beau football avec des joueurs de qualité offensivement, notamment Ismaël Diakité, Bessam et Adama Ba. Je les pense capable de rivaliser avec les meilleurs et je les vois faire un très bon premier match contre le Mali. Ils vont donner une bonne image du football mauritanien, c’est un pays qui monte en puissance et qui va s’inscrire dans la durée.

Que faut-il attendre de cette première CAN à 24 en termes de jeu ? Est-ce qu’on risque de rester sur notre faim comme cela avait été le cas durant l’Euro 2016 ?

Pour ma part, je pense que ça va être comme l’Euro, un premier tour assez long avec 24 équipes. De plus, les 4 meilleurs 3es sont qualifiés pour les huitièmes de finale. Tous les matchs seront toujours très très disputés mais je pense que les grosses cylindrées se feront encore moins surprendre. Un premier tour assez long et avec moins de surprises.

Faut-il craindre une forme de désintérêt durant ce premier tour ?

La CAN est quand même très médiatisée et visiblement la CAF fait tout pour qu’elle soit suivie par un maximum de médias. Je pense que sur la 1ère journée, il y aura du monde. Ensuite, il risque d’y avoir un peu moins de spectateurs jusqu’aux 8es et aux quarts, lorsque la CAN atteindra sa plénitude en termes de haut niveau et de compétition.

« Les grands (joueurs) préservés durant le 1er tour »

On a vu plusieurs sélections pourtant bien cotées éprouver de grosses difficultés sur les matchs de préparation, en particulier le Maroc et la Guinée. Ces pays doivent-ils s’inquiéter ?

Du côté du Maroc, ce n’est pas du tout inquiétant pour moi. Connaissant bien Hervé Renard, je pense qu’il va au contraire se servir de ces résultats en dents de scie pour mobiliser ses joueurs et être encore plus prêts au moment de la compétition.

Du côté de la Guinée, là pour le coup, j’ai été vraiment surpris de leurs résultats par rapport aux adversaires (défaites contre la Gambie, le Bénin et l’Egypte) et je suis un peu plus interrogatif. J’espère que l’intérieur de l’équipe se porte bien. Mais le niveau est là. Le vrai révélateur, c’est quand même la compétition c’est ce que les joueurs attendent. Après, on sait que les équipes ont des joueurs de haut niveau qui ont joué beaucoup de matchs durant la saison. Je pense qu’ils n’ont peut-être pas pris très au sérieux cette période de matchs amicaux.

C’est un peu la différence avec d’autres équipes qui ont des joueurs qui ont beaucoup moins joué et qui ont beaucoup plus soif de tout donner lors des matchs amicaux. Donc, pas de soucis pour le Maroc. Pour la Guinée, ça ira aussi s’il n’y a pas de problèmes à l’intérieur du groupe. Mettons simplement ça sur le compte d’une petite usure des joueurs qui ont beaucoup donné tout au long de la saison.

Justement, risque-t-on d’être déçus par les têtes d’affiches comme Sadio Mané, Mohamed Salah et Nicolas Pépé, possiblement épuisés après une longue saison en club ?

Non, ils vont répondre aux attentes. Vu les groupes, je pense que les coachs vont chercher à les ménager au premier tour. Les grands vont être là à partir des 8es et des quarts, mais sur le premier tour, on les verra épisodiquement parce que les coachs vont les ménager.

«Les huis clos pendant la préparation ? C’est dommage…» 

Vous avez déjà entraîné en Egypte (Ismaily en 2007 puis Smouha en 2010), que pouvez-vous nous dire à propos du climat et des fortes températures attendues ?

C’est un pays où les températures vont osciller entre 30 et 35°C. Sur Alexandrie, en bord de mer, il y aura beaucoup plus d’air et ce sera beaucoup plus aisé de jouer que sur Le Caire. Ismaily, c’est pareil, il va faire chaud mais il y aura un peu d’air. Après, ce sont tous des joueurs qui sont habitués à des climats très très chauds et ça ne va pas trop jouer sur le niveau de la performance.

Pour en revenir aux matchs de préparation, on a vu plusieurs sélections comme l’Algérie et le Sénégal opter pour des huis clos. Quel est votre avis là-dessus en tant que technicien ?

Je trouve que c’est dommage. Un match c’est beau quand il est partagé avec des spectateurs et encore plus beau quand il l’est avec des supporters. Je ne vois pas trop l’intérêt de se cacher. De toute façon, si tu as des choses à cacher, ce n’est pas le meilleur moyen de le faire… En plus, quand un coach a des certitudes, le meilleur moyen pour brouiller les cartes, c’est justement de jouer pour faire valoir d’autres phases de jeu et d’autres compositions d’équipes. Ça fait toujours du bien aux joueurs de jouer sur d’autres registres tactiquement, donc je n’y vois pas vraiment d’intérêt.