Confrontée à de multiples polémiques depuis le début de la CAN 2021 en raison de résultats de tests Covid-19 parfois douteux, la Confédération africaine de football (CAF) a répondu ce mardi en conférence de presse par la voix de son secrétaire général, Veron Mosengo-Omba.

«C'est un cabinet fiable, indépendant (Unilab, ndlr), dont l'expérience n'est plus à démontrer (qui gère les tests, ndlr). Il a eu la responsabilité de conduire des tests lors de l'Euro et lors de la Coupe Arabe de la FIFA. Donc, c'est ce laboratoire qui est venu ici avec ses propres matériels et qui conduit des tests pour les équipes, les joueurs et les officiels», a mis en avant le dirigeant.

Questionné ensuite sur le brusque changement de règlement, qui a empêché les Comores d’aligner leur gardien Ali Ahamada, pourtant testé négatif, lors du 8e de finale lundi face au Cameroun (2-1), Mosengo-Omba s’est en revanche montré plus évasif. «La commission médicale de la CAF a décidé de réajuster les règles, notamment l’une qui veut, qu’après avoir été testé positif, après cinq jours, on fait des tests cardiovasculaires pour pouvoir jouer si on est négatif. C’est important de faire ces tests parce, qu’après le Covid, on ne peut pas laisser les joueurs retourner sur le terrain comme ça», a éludé le dirigeant sans préciser clairement si et quand les différentes sélections ont été notifiées de ce changement…