Après son match nul face à la RS Berkane (0-0) dimanche en Coupe de la Confédération, le Raja Casablanca a crié au scandale et dénoncé plusieurs erreurs arbitrales. L’Aigle Vert demande à la CAF d’enquêter sur ce match, sous peine de se retirer de toutes les compétitions africaines.


Tenant du titre, le Raja Casablanca traverse décidément une phase de groupes bien compliquée cette saison en Coupe de la Confédération. Toujours en quête de leur première victoire, les hommes de Patrice Carteron ont bien cru toucher au but dimanche dans le choc 100% marocain contre leur rival de la RS Berkane, mais l’arbitrage affligeant du Camerounais Antoine Max Depadoux Effa Essouma en a décidé autrement et les deux équipes se sont séparées sur un 0-0.

De manière incompréhensible, l’officiel a d’abord refusé un penalty évident pour un tirage de maillot de Mohamed Aziz sur Badr Benoun (qui a fini l’action en t-shirt !) avant la mi-temps, puis un but parfaitement valable au RCA dans les dernières secondes. Des erreurs qui coûtent cher et pour lesquelles le Raja demande réparation auprès de la Confédération africaine de football (CAF).

« Cette mascarade est une honte pour le football africain« 

« Le match 135 de l’édition 2019 de la Coupe de la CAF, ayant opposé ce dimanche 3 mars 2019, la Renaissance sportive de Berkane au Raja Club Athletic a été marqué par un véritable massacre arbitral« , a dénoncé l’Aigle Vert dans un communiqué. « Les erreurs répétitives et graves dont il s’agit sont : but refusé à la 92e minute, penalties refusés à répétition et avertissements non distribués. (…) Cette mascarade est une honte pour le football africain. Comment est-ce possible en 2019 d’assister à un tel spectacle contraire à toute éthique sportive ? »

« Le Raja ne peut rester indifférent à cette injustice et vous demande (au président de la CAF, Ahmad) solennellement de mener une enquête indépendante et approfondie sur le scandale arbitral qui a caractérisé le match susvisé et partant, rendre justice à notre club« , a ajouté le tenant du titre, avant de menacer. « Dans l’attente de votre réponse, monsieur le président, le Raja Club Athletic se réserve le droit de prendre toutes les mesures nécessaires visant à défendre du club pouvant aller, le cas échéant, à l’examen d’un éventuel retrait de toutes les compétitions africaines, y compris la prochaine Supercoupe d’Afrique prévue à Doha le 29 mars 2019« . La réponse de la CAF est vivement attendue.

 Deux des erreurs flagrantes en vidéo

 La lettre de contestation du Raja

lettre1.png
lettre2.jpg
lettre3.png