Grosse polémique à quelques heures du quart de finale du CHAN 2020 qui opposera ce samedi (coup d’envoi à 20h heure locale et France) le Cameroun, pays-hôte, à la RD Congo. A la veille du match, les Léopards A’ ont en effet appris de la part des hôtes camerounais que 13 nouveaux membres de leur délégation ont été testés positifs et ne pourront par conséquent pas participer au match ! Abasourdis, les Congolais contestent ces résultats et accusent leur adversaire d’avoir faussé ces tests.

«En pleine réunion technique, la partie adverse, donc la partie camerounaise, annonce que nous avons 13 (cas de) Covid. On répond : ‘Ecoutez, nous, nous ne savons rien, nous attendons les résultats’. Même la CAF qui préside la réunion technique est surprise que ce soit l’adversaire qui fasse cette annonce», a raconté le coordonnateur de la sélection congolaise, Theo Binamungu, devant les médias, avant de charger le Cameroun.

Contre-expertise en cours

«Ensuite, les réseaux sociaux ont annoncé que nous avons 20 Covid. Effectivement en ajoutant ces 13 plus les 7 que nous avons déjà, cela fait 20. Mais dans les 13 Covid, malheureusement pour les tricheurs, du moins ce que nous croyons être de la tricherie, (le sélectionneur Florent) Ibenge revient encore positif alors qu’il avait été testé négatif», s’étonne le dirigeant. «Nous avons rejeté les premiers résultats et nous avons demandé une contre-expertise.»

Une requête acceptée par le comité d’urgence de la CAF qui a donné l’ordre d’effectuer d’autres tests, dans un laboratoire différent, dans la soirée de vendredi. «Nous avons eu des résultats de tests assez compliqués, on a eu un lot de joueurs positifs, mais on a eu aussi des lots de joueurs qu’ils disent douteux, donc ni positifs ni négatifs. Cela nous a amené à réfléchir et à chercher dans quels laboratoires ces tests ont été faits. Curieusement, je m’excuse de l’insinuer, mais le laboratoire qui nous a fait le test n’est pas celui qui est en train de le faire maintenant. Donc là on change de laboratoire, c’est que quelque chose n’a pas été correct… La CAF nous dira qui est réellement positif et qui est réellement négatif», a conclu Binamungu.

Le pays-hôte a-t-il tenté un coup de pression à l’approche de cette affiche déterminante ? Toujours est-il que les Congolais se trouvent dans le flou le plus total à quelques heures du coup d’envoi, dans l’attente des résultats émanant de la CAF. «Nous ne pleurons pas… Nous ne sommes pas dans cette psychose qui va nous distraire. Si ce samedi, nous avons 10 joueurs en moins encore, nous allons jouer sans pleurer», avait déclaré Ibenge en conférence de presse d’avant-match. Les Congolais espèrent tout de même ne pas devoir en arriver là…