Dimanche, Riyad Mahrez, tout juste rentré de vacances, n’a pas pris part au Community Shield remporté par son équipe de Manchester City face à Liverpool (1-1, 5-4 t.a.b.). Après la rencontre, l’entraîneur des Skyblues, Pep Guardiola, a surpris son monde en affirmant qu’il a pris cette décision afin de limiter les risques en cas de contrôle antidopage. Le technicien a en effet expliqué que l’ailier a récemment pris des médicaments inconnus dans le cadre d’une opération à l’œil ou au nez.

De son côté, la Fédération algérienne (FAF) estime que cette affaire n’a, par conséquent, rien à voir avec elle. «C’est un non-événement à partir du moment où le joueur a pris les médicaments après la Coupe d’Afrique des Nations. C’est un problème pour Manchester City», a coupé court l’instance, citée par la BBC.

Une manière de clore la polémique alors que les premiers articles, assez vagues, venus d’Angleterre, évoquaient à tort une prise de médicaments pendant la CAN. Une version ensuite contredite par les propos sans ambiguïtés tenus par Guardiola en conférence de presse.