Côte d’Ivoire : la femme d’Haller très agacée avant la finale

La tâche la plus difficile en Côte d’Ivoire cette semaine est certainement le fait d’obtenir un billet pour la finale de la CAN 2023, un véritable parcours du combattant. La femme de Sébastien Haller, héros lors des demi-finales, en a elle-même fait les frais.

La Côte d’Ivoire affronte le Nigéria ce dimanche 11 février dans un match au sommet, attendu par tous les amoureux du ballon rond en Afrique. Si le reste du continent se demande où se réunir pour partager ce grand moment de football, les Ivoiriens, eux, se demandent comment accéder au stade d'Ebimpé et soutenir leur équipe pour le sacre ultime. Et cela passe par l’achat du fameux sésame : le billet. Entre le site de la billetterie qui semble submergé, avec des heures d'attente souvent en vain, les points de vente physiques non alimentés et les prix des billets qui flambent sur le marché noir, être présent au stade ce dimanche sera un véritable exploit. 

Dans ce contexte, la femme de l’international Ivoirien Sébastien Haller, Priscillia Haller, est très sollicitée par ses contacts qui souhaitent obtenir un billet. En tant que femme d’un des joueurs, qui plus est de celui qui a offert la victoire aux Éléphants lors des demi-finales contre la RD Congo (1-0), naturellement, les gens pensent qu’elle a droit à un traitement de faveur. Dans sa story Instagram, elle s'est montrée agacée, car ce n’est visiblement pas le cas. “Je reçois des centaines de messages pour avoir des tickets. Sachez que moi-même je n’en ai pas pour toute ma famille”, a-t-elle pesté sur les réseaux sociaux. Et d’ajouter : “Apparemment nous ne sommes pas prioritaires, donc nous ne sommes pas en VIP, j’ai eu droit à 2 Hospitality et 2 Catégorie 1 et 2, et ça a été comme ça pour tous les matchs”, a laissé entendre Priscillia Haller.

Billets Introuvables 

Selon le journaliste ivoirien Fernand Dédeh, les billets pour la finale sont introuvables, ou à des prix exorbitants. Notre confrère rapporte les propos tenus par le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, quand on l’interroge sur la polémique des tickets : « C'est un des points négatifs qui ne m’a pas plu dans cette CAN », admet-t-il. « Les gens m’appellent, ‘on arrive à Abidjan, mais où sont les billets ?' C’est problématique. Nous allons nous améliorer. » En conférence de presse, le dirigeant avait tenté d’expliquer la situation vendredi : « Il y avait des places vides dans le stade lors du match d’ouverture alors qu’ils ont vendu tous les billets. La raison, les gens ont acheté des lots considérables de billets et les revendent à des prix hors de portée. C’est problématique. »

Avatar photo
Nathacio De Souza

Passionné de football, je jongle entre les touches du clavier aussi habilement que Vinicius avec un ballon. Je transforme chaque match, chaque action, chaque but en une symphonie de mots.