Rigobert Song, Samuel Eto'o

Premier pays africain à atteindre les quarts de finale de la Coupe du monde, en 1990, le Cameroun a longtemps représenté l’une des sélections les plus respectées du continent lors de la compétition. Mais cela est beaucoup moins vrai depuis une bonne décennie. Après un zéro pointé embarrassant lors de l’édition 2010, les Lions Indomptables ont encore creusé en 2014. Refus d’embarquer dans l’avion pour des problèmes de primes, altercation en plein match entre Benoit Assou-Ekotto et Benjamin Moukandjo, coup de coude d’Alex Song sur un adversaire… Le Mondial brésilien avait tourné au fiasco. Dans ce contexte, forcément, les vieux démons ne sont jamais bien loin et la préparation de l’édition 2022 n’est pas des plus rassurantes. C’est le moins qu’on puisse dire…

Outre des derniers résultats qui inquiètent, deux éléments troublants sont venus secouer la tanière ces dernières heures. Le premier épisode est survenu mercredi au moment de l’annonce de la liste des 26 joueurs retenus pour le Qatar, lorsque le sélectionneur Rigobert Song a semblé découvrir le nom des deux joueurs locaux qu’il a retenus au moment où il présentait sa liste aux médias. Le technicien a d’abord écorché le nom de Souaibou Marou et il a eu besoin de l’aide des journalistes pour le prononcer correctement, puis il n’arrivait visiblement pas à lire le nom de Jérôme Ngom et c’est cette fois le responsable de la communication qui a dû voler à son secours…

YouTube video

Des «oublis» curieux de la part d’un technicien censé avoir passé des nuits blanches à hésiter entre tel et tel nom pour composer sa liste…. Pour les plus optimistes, c’est un signe de plus attestant que Song n’a pas forcément toutes les compétences requises pour ce poste, pour d’autres c’est tout simplement la preuve que le sélectionneur n’est pas l’unique décideur de la liste, beaucoup suspectant Samuel Eto’o, désormais président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), de tirer les ficelles. Ce ne serait pas la première fois au pays des Lions Indomptables qu’un sélectionneur n’est pas le seul maître à bord, qui plus est avec Eto'o dans l'appareil…

Comme si cet épisode embarrassant ne suffisait pas, voilà qu’une deuxième polémique a éclaté ce jeudi. A la recherche d’un sélectionneur, la Zambie a dévoilé le nom des 10 finalistes retenus pour le poste. On retrouve parmi eux… Sébastien Migné, adjoint de Song. Alors, bien sûr, il est toujours possible qu’un agent peu scrupuleux ait envoyé la candidature du Français sans son consentement, là aussi ce ne serait pas une première, mais à dix jours du coup d’envoi du Mondial, il faut admettre que ces péripéties commencent vraiment à faire craindre un nouvel épisode de ridicule en mondovision pour les Camerounais…