L’élection pour la présidence de la Ligue nationale de football professionnel (LINAFP) du Gabon aura lieu ce vendredi 27 mars 2015 à 14 heures locales, à Libreville. Trois candidats sont en lice : Joël Anicet Birindi, président sortant, Brice Mbika vice-président sortant et Guy Mbinah, président du syndicat des footballeurs gabonais, ancien footballeur et homme d’affaires.


De notre correspondant à Libreville

Joël Anicet Birindi, président sortant, Brice Mbika vice-président sortant de la LINAFP et Guy Mbinah, président du syndicat des footballeurs gabonais, briguent le fauteuil présidentiel de la Ligue nationale de football professionnel. Après une semaine de campagne au cours de laquelle chacun a essayé à sa manière de séduire le collège électoral composé des présidents des clubs de première et deuxième divisions, l’heure de vérité sonnera vendredi et mettra un terme aux velléités électorales. C’est le candidat qui aura le maximum de voix qui remportera le scrutin. Ce dernier composera le nouveau bureau de l’institution avec son équipe, pour un mandat de 4 ans.

Les défis de la future équipe

Les défis qui attendent le prochain directoire de la LINAFP sont immenses. Il faudra mettre en place un véritable championnat professionnel, conformément à la volonté des plus hautes autorités du pays, qui souhaitent faire du football, une véritable activité économique susceptible d’offrir aux acteurs locaux de meilleures perspectives professionnelles. Cela passe par l’organisation des équipes en sociétés à responsabilité limité. L’objectif à terme étant de permettre aux clubs de fonctionner sans discontinuité et indépendamment de la subvention de l’Etat.

Il appartient maintenant aux 28 votants de prendre leurs responsabilités devant l’histoire, loin des trafics d’influence et des intimidations, pour l’intérêt du football gabonais, de choisir librement vendredi et en toute conscience « l’homme qu’il faut à la place qu’il faut« . Chaque candidat a fait une sorte de profession de foi devant le peuple du football, présenté ses motivations et projets.

Profession de foi des candidats

Joël Anicet Birinda : « Je suis candidat pour défendre un bilan, celui de ma présidence à la tête de la LINAF de 2011 à 2015. Je suis candidat pour porter un projet, celui d’optimiser et de pérenniser notre modèle de football professionnel. Je suis candidat pour diriger et développer notre LINAF, en tant que gabonais, âgé de 35 ans, résident sur le territoire national, jouissant de tous ses droits civiques. »

Guy Mbinah : « Je suis candidat pour mettre en mouvement la LINAF et lui donner ses lettres de noblesses. C’est pourquoi je m’engage une fois élu à la présidence de la LINAF et le bureau exécutif installé à professionnaliser la LINAF et ensuite mettre en place tout le processus nécessaire à la professionnalisation des clubs de première et deuxième divisions. Cette professionnalisation passe par le recrutement d’un personnel plus qualifié et capable de répondre aux nombreux défis quotidiens qui interpellent notre football dans chacune de ses composantes. »

Brice Mbika : « Ma première action sera de réunir les clubs et les consultants internationaux afin de discuter du redimensionnement du modèle du championnat professionnel, sous la supervision de la FEGAFOOT. Je vais ensuite m’attaquer au vaste chantier de l’harmonisation de nos textes, avant de m’occuper des questions visant à donner plus de notoriété et de crédibilité à la LINAF dans l’optique de permettre à cette dernière d’optimiser ses ressources propres. Je propose également la création d’une Ligue de football amateur.«