Kantari : “La victoire face à l’Algérie est obligatoire”

Surprise du début de saison en Ligue 1, le Stade Brestois compte sur sa solidité défensive pour se maintenir. Une solidité incarnée par Ahmed Kantari. Ce défenseur marocain de 26 ans a bien voulu évoquer avec Afrik-foot sa saison et, surtout le match qui opposera les Lions de l'Atlas aux Fennecs, le 27 mars prochain, à Annaba, à l'occasion des éliminatoires de la CAN 2012.



Afrik-foot : Ahmed, comment allez-vous depuis votre blessure au genou ?

Ahmed Kantari : C’était il y a deux semaines. Mais, maintenant, ça va mieux et je joue de nouveau sans aucune difficulté à ce niveau là…

C'est plutôt une jolie saison pour Brest, non?

Franchement, ça va ! Il ne nous manque que six points pour nous maintenir. Il faut que l'on continue à progresser.

Depuis le début de l'année 2011, cela va moins bien. Comment l'expliquez-vous ?

On a eu beaucoup de blessés ces derniers temps. De plus on est fatigué avec l’année 2010 que l’on a passé. On a du mal à se projeter vers l'avant. Le plus dur, au foot, c'est de marquer et on vit une période où on n'y arrive pas. Mais on ne se laisse pas aller.

Ce week-end, vous recevez Lille, le leader. C'est un gros morceau ?

Oui, c’est sûr, c’est une bonne équipe et en plus de ça, ils sont premiers du championnat. C’est clair que ça va être difficile mais étant donné que nous restont sur deux défaites consécutives, on se doit de faire de bons résultats.

Quelles sont les clés du match ?

Je pense qu’il va falloir remettre beaucoup d’engagement mais surtout se redonner un bon coup de pression et de générosité. C’est surtout ça qui nous faisait gagner ! Le reste viendra tout seul. C’est notre fatigue qui pèse le plus en fait. Par conséquent, il va falloir retrouver une bonne générosité dans notre jeu.

Après ce match, il faudra penser à l'Algérie…

C’est un match particulier qui nous attend. Les supporters marocains attendent beaucoup de ce match. Mais c'est surtout la victoire qu’ils attendent. Au vu de nos mauvais résultats ces dernières années, on se doit impérativement de se racheter. L’occasion se présente, maintenant c’est à nous de jouer.

Que représente cette rencontre pour vous ?

A mon avis, cette rencontre représente un match très important, tant pour le Maroc que pour l’Algérie. Déjà, de par la proximité des deux pays, mais surtout par rapport à leur histoire commune. L’équipe est composée d’une nouvelle génération et d’un nouvel entraîneur. Dans le groupe 4, le Maroc est l’équipe qui a le plus gros potentiel avec l’Algérie.

La victoire est-elle obligatoire ?

La victoire face à l'Algérie est obligatoire. L'histoire entre le Maroc et l’Algérie fait que l'on se doit de gagner ! C’est un match important et au-delà des résultats c’est la fierté marocaine et algérienne qui est engagée !

Connaissez-vous un peu cette équipe d'Algérie ?

Oui, je connais un peu leur parcours. Rien que par rapport à leur qualification pour la Coupe du monde 2010 mais aussi pour la Coupe d’Afrique. En tant qu’équipe maghrébine, c’est celle qui a été la plus mise en valeur, c’est peut-être le bon moment pour les prendre.

Il y a des joueurs qui vous inquiètent ?

Il y a beaucoup de joueurs, de talents. Mais on ne se focalise pas sur un ou deux joueurs. C’est toute l’équipe qui est technique. Je ne peux pas en sortir un du lot.

Et l'ambiance à Annaba, elle vous fait peur ?

Pas du tout, bien au contraire ! J’ai vraiment hâte d’y être ! Des matchs comme ça on n’en joue pas beaucoup. Je compte bien en profiter. En tout cas, on a vraiment tous hâte d’y être.

On entend dire que la formule Benatia-Kantari est la combinaison gagnante pour gagner cette CAN. Qu'en pensez-vous ?

Je sais que c’est important d’avoir une bonne défense centrale. Dans une équipe, ça commence par là. Disons qu’avec Mehdi on est complémentaire et on s’entend bien. Les matches avec lui se passent bien. Mais ça ne fait que quatre matches que l’on joue ensemble, il faut encore que l’on peaufine tout ça. On est jeunes et on aura le temps de mieux se connaître.

Comment est l'ambiance au sein du groupe des Lions de l'Atlas ?

Il y a une super ambiance ! De plus, il y a un mix important entre jeunes et anciens joueurs. Je pense sincèrement que ce mixe est un atout positif pour l’équipe et que ça peut faire quelque chose de bien.

Mounir El Hamdaoui n'a pas été appellé par Gerets. Est-ce qu'il y a un problème entre eux ?

Mounir a joué en Tanzanie et c’est lui qui a marqué le but. Dans le foot, je ne trouve absolument rien de bizarre, on s’attend à tout. Les coaches font leur choix et je n’ai pas à les commenter. S’il décide de quelque chose, c’est qu’il y a forcément une raison, mais cela ne me regarde pas.

Comment est Eric Gerets ?

Gerets, tout le monde le connaît. On sait ce qu’il a fait avec Marseille et c’est un entraîneur qui a des qualités et un bon relationnel. Sûrement est-il meilleur que les autres, c’est peut-être ce qui fait la différence.

Un mot sur la CAN 2015. Qu'est-ce que ça représente pour vous, pour le Maroc ?

C’est un évènement important pour le Maroc et une belle occasion pour moi que de jouer au côté du Maroc pour cette CAN. Je pense qu’il faut préparer cette CAN dès maintenant. Ça va arriver très vite. On a une équipe jeune et d’ici 2015 les joueurs arriveront à maturité dans leur club. La CAN va se dérouler à domicile, faut vraiment qu’on la gagne, surtout pour la fierté nationale !

Et la saison prochaine, toujours à Brest ?

Pour l’instant, on va chercher le maintien le plus vite possible et après on aura le temps. D’ici là, il y aura de gros matchs. Il faut rester concentrer, et ce, malgré les approches de d’autres clubs. J’essaie de pas trop y faire attention. Je ne sais pas combien de temps encore je vais rester mais en attendant je me concentre sur les matchs à venir…

Avatar photo
Fouâd Harit