Maroc-RDC : En-Nesyri l’a échappé belle !

Le match de dimanche entre le Maroc et la RD Congo, dans le Groupe F de la CAN 2023, qui s'est conclu sur un score de parité (1-1), a été marqué par des tensions palpables, culminant à la fin de la rencontre dans un climat électrique.

Au coup de sifflet final, une altercation entre le sélectionneur marocain, Walid Regragui, et Chancel Mbemba, capitaine congolais, a enflammé les esprits. Dans la confusion qui a suivi, l'attaquant des Lions de l'Atlas, Youssef En-Nesyri, visiblement échaudé, a pris en chasse Mbemba dans les couloirs menant aux vestiaires. Heureusement, Yassine Bounou, gardien de but de l'équipe marocaine, a joué un rôle clé en retenant son coéquipier, évitant ainsi une confrontation directe qui aurait pu dégénérer. Les images diffusées montrent En-Nesyri, fou de rage, courant à pleine vitesse derrière le défenseur congolais. L'intervention du portier des Lions de l'Atlas, saisissant le joueur du FC Séville par le maillot, a été salutaire.

Le précédent de 2022

Cette altercation impliquant En-Nesyri et Mbemba n'est pas un événement isolé dans le monde du football africain, et notamment pour l'équipe marocaine. En effet, un incident similaire s'était produit lors du quart de finale de la Coupe d'Afrique des Nations 2021 entre l’Égypte et le Maroc, qui s'était soldé par une victoire 2-1 des Pharaons après prolongation. Cette rencontre avait été marquée par des échauffourées dans le tunnel qui avaient conduit à des sanctions notables de la part de la Confédération Africaine de Football (CAF).

Trois joueurs avaient été suspendus. Le défenseur égyptien Marwan Dawoud avait écopé d'une suspension de deux matchs. L’entraîneur adjoint égyptien avait été suspendu pour quatre matchs pour un « geste obscène », tandis que le sélectionneur Carlos Queiroz avait reçu un avertissement. La fédération égyptienne avait également été condamnée à une amende de 22 000 euros pour « conduite violente ».

Du côté marocain, Sofiane Boufal et Sofian Chakla avaient été suspendus pour deux matchs. Le staff marocain avait reçu un rappel à l’ordre pour comportement anti-sportif, accompagné d'une amende de 9000 euros. Ces échauffourées, ayant éclaté sur le terrain en deuxième mi-temps, avaient atteint leur apogée dans une bagarre générale dans le couloir des vestiaires après le match, les deux sélectionneurs ayant failli en venir aux mains. Grâce à l'intervention de Bounou, En-Nesyri vient probablement d'échapper à une lourde sanction qui aurait pu compromettre la suite de sa CAN.

Maroc-RDC : En-Nesyri l’a échappé belle !
Anthony Olivier

Explorateur et gratte-plume du football africain, j'aime brosser le portrait des nouvelles pépites du continent.