Propulsé directeur sportif des sélections de jeunes au Maroc en 2010, Pim Verbeek va voir sa mission arriver à son terme en août 2014. Le technicien néerlandais a annoncé qu’il ne prolongerait pas son contrat, à moins d’une proposition pour le poste de sélectionneur national.


Pim Verbeek place ses pions. Arrivé au Maroc en 2010 avec Eric Gerets pour encadrer les sélections de jeunes, le technicien ne devrait pas prolonger l’aventure. Alors que son contrat prendra fin en août 2014, le natif de Rotterdam pense quitter le royaume, sauf proposition bien précise : le poste de sélectionneur des Lions de l’Atlas.

« Ça m’intéresse beaucoup et c’est même mon but après la fin de mon actuel contrat. Mais si la fédération n’est pas intéressée par mes services comme entraîneur de l’équipe A, je pars« , a-t-il confié lors d’un entretien avec Mountakhab.net, avant de poursuivre : « Je dois avouer que je suis très satisfait et très content de mon travail au Maroc. Il faut préciser que la plupart des joueurs de l’équipe A est passée par l’équipe olympique qui est sous ma responsabilité. Je connais beaucoup de gens, la mentalité, la Botola. Je connais bien le Maroc et je suis un candidat potentiel pour occuper le poste de sélectionneur. »

Une expérience avec les catégories jeunes

Verbeek entend ainsi profiter de son travail réalisé en amont avec les anciens pensionnaires des catégories de jeunes (U17, U19 et U23), qu’il connaît très bien, pour insuffler un vent de nouveauté chez les Lions de l’Atlas, qui restent sur une élimination dès la phase de groupes de la CAN 2013 et une campagne qualificative pour le Mondial 2014 soldée par un échec. De quoi donner des envies de succéder à Rachid Taoussi, dont la situation n’est pas clairement déterminée.

Il faut dire que l’actuel sélectionneur voit son sort dépendre du résultat de l’assemblée générale ordinaire de la Fédération marocaine, à l’issue de laquelle sera connu le nouveau président de l’instance. Repoussée à plusieurs reprises, elle n’a toujours pas eu lieu et empêche ainsi toute prise de décision.

Loin d’être le premier choix

Mauvaise nouvelle en revanche pour Verbeek, les deux candidats en lice ne songent visiblement pas à lui confier les rênes de la sélection nationale. Abdelilah Akram, patron du WAC Casablanca et Faouzi Lakjaâ, président de la RS Berkane, ont en effet annoncé leurs projets pour les Lions de l’Atlas et notamment leurs choix respectifs pour ce qui concerne le futur sélectionneur.

El Akram a déjà fait part de sa volonté de voir Houcine Ammouta, élu meilleur entraîneur du Qatar la saison dernière, prendre les commandes de l’équipe. De son côté, Lakjaâ opte pour une association entre le très populaire Baddou Zaki et l’Egyptien Hassan Shehata, qui a fait les beaux jours de l’Egypte en remportant trois CAN consécutives avec les Pharaons.

Deux pistes locales en somme pour reprendre en main la destinée de la sélection nationale et tenter de préparer au mieux la CAN 2015 que le pays va accueillir. Autant dire que la partie est loin d’être gagnée pour Verbeek, dont le travail avec les jeunes n’aura en revanche jamais été remis en question au Maroc.