Coupe du monde 2026 (Q) : la Mauritanie déchante, la Guinée Bissau déçoit…

Plusieurs matchs comptant pour la 3e journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2026 avaient lieu ce jeudi en fin d'après-midi en Zone Afrique. Ils n'ont pas souri à la Mauritanie et à la Guinée Bissau.

Mauritanie 0-2 Soudan (Groupe B)

Attendue au tournant après son parcours historique jusqu'en 8es de finale de la dernière CAN, la Mauritanie n'a pas confirmé. A Nouakchott, les Mourabitounes ont subi la loi du Soudan, qui a rapidement pris les devants grâce à deux buts évitables : d'abord sur une longue ouverture très mal gérée par la défense et le gardien et dont a profité Bakhit (16e), puis sur un but contre son camp là aussi évitable d'Aly Abeid (29e). Conséquence : le Soudan vire en tête en attendant Sénégal-RDC dans la soirée. Relégués à 6 points du leader, les hommes d'Amir Abdou auront besoin d'un miracle pour se qualifier, eux qui affronteront le Sénégal dimanche dans le derby.

Guinée Bissau 0-0 Ethiopie (Groupe A)

Alors qu'elle avait l'occasion de mettre la pression sur l'Egypte et le Burkina Faso, qui s'affronteront dans la soirée, la Guinée Bissau a raté son coup en butant à domicile sur l'Ethiopie. Après une bonne entame de campagne, les Djurtus se tirent ainsi une balle dans le pied avant de recevoir l'Egypte lundi.

Libye 2-1 Ile Maurice (Groupe D)

Co-leader de cette poule avec le Cameroun et le Cap-Vert, qui s'affrontent samedi, la Libye a assuré le service minimum mais elle est tout de même parvenue à se défaire du Club M pour mettre la pression et s'offrir provisoirement trois points d'avance en tête. Al Badri (20e) et Ekrawa (40e) ont marqué, tandis que Bru (34e) avait momentanément égalisé pour les visiteurs.

Un peu plus tôt, le Malawi a battu Sao Tomé 3-1 pour remonter à la 3e place du groupe H derrière la Tunisie et la Namibie. Dans le groupe E, le Congo a déclaré forfait face au Niger.

Avatar photo
Lantheaume Romain

Je suis tombé amoureux du foot africain avec Didier Drogba, puis j’ai découvert Afrik-Foot en 2013. Depuis, nous ne nous sommes plus lâchés !