Révélation de ce début de saison en Bundesliga, Sami Allagui impressionne. L’attaquant international tunisien du FSV Mayence 05, qui marque un but toutes les 92 minutes, est en train de surprendre tout son monde. Mais, sous contrat jusqu’en 2013, il garde les pieds sur terre. Malgré toutes les sollicitations.


Sami Allagui, sourire aux lèvres, les deux bras levés dans le ciel d’un stade allemand, voilà une image qui commence à être connue. Débarqué en quasi-inconnu au FSV Mayence, il est en train de se faire un nom au sein de la Bundesliga. Avec 6 buts, l’attaquant international tunisien cartonne: il marque un but toutes les 92 minutes en Allemagne.

Des statistiques qui impressionnent. Un ratio affolant d’efficacité. Les Raul, Ruud van Nistelrooy, Mario Gomez et autres Miroslav Klose n’en font pas autant que l’Aigle de Carthage. D’ailleurs, parmi les buteurs de la Bundesliga, seul le Grec Theofanis Gekas, meilleur réalisateur du Championnat avec l’Eintracht Francfort (11 buts en 13 matches) fait mieux (un but toutes les 91 minutes). A titre de comparaison, Papiss Demba Cissé, et ses 10 buts en 13 rencontres avec le SC Fribourg, n’en est « qu’à » un but toutes les 113 minutes.

Le Tunisien affole donc les compteurs en ce début de saison. Et les recruteurs aussi. Le VfL Wolfsburg a déjà fait de l’Aigle de Carthage sa priorité pour suppléer Edin Dzeko, sur le départ au prochain mercato. Mais pas question pour Allagui de s’enflammer. « Le plus important, c’est de jouer. Il y a beaucoup de concurrence dans le club, je suis nouveau ici. Je viens de la deuxième division et j’ai déjà fait quatorze matches officiels. Je me sens bien là. Je crois que le fait de m’intégrer rapidement dans un groupe, c’est un trait de mon caractère. Je connais déjà deux-trois joueurs et l’entraîneur m’a fait confiance. Je me suis tout de suite senti bien. J’essaye juste de leur redonner sur le terrain la confiance qu’ils ont placé en moi », assure-t-il à FootMercato.

Wolfsbrug sur les rangs

En pleine confiance, le joueur de 24 ans est actuellement sous les feux des projecteurs. Et forcément, ce nouveau statut de révélation peut lui ouvrir des portes sur le marché des transferts. « J’ai signé pour trois ans. Pour l’instant, je me sens bien ici. Je voulais me prouver que je pouvais réussir en Bundesliga. J’ai joué déjà deux ans en Belgique et ça s’est très bien passé. À l’époque, je ne parlais pas un mot de français. Et là en Belgique, j’ai rapidement appris. Aujourd’hui, je parle anglais, français, allemand et arabe. Je suis international (rires). J’aime bien la France. Mais pour l’instant, je suis bien en Allemagne. Mais si un club me veut, il faut que je sente que le club veut vraiment de moi. Il y a de bonnes équipes comme Paris, Marseille ou Bordeaux. Quand j’étais jeune, j’aimais Marseille. Ils ont un public fantastique », explique Allagui, réaliste malgré son statut de buteur qui porte chance. En effet, chaque fois qu’Allagui marque, Mayence s’impose. Désormais deuxième du championnat, derrière le Borussia Dortmund, le FSV ne veut pas qu’Allagui s’arrête en si bon chemin.