La presse internationale était restée dubitative, en novembre dernier, lors de la nomination du défenseur Fabio Cannavaro Ballon d’Or 2006. Lundi, à Zurich, la Fifa a confirmé ce choix en faisant du « soldat » italien le meilleur footballeur de l’année 2006, devant les concentrés de talent que sont Zinédine Zidane, Ronaldinho, Thierry Henry ou Samuel Eto’o.


En novembre dernier, furieux que le Ballon d’Or France Football soit attribué au défenseur italien Fabio Cannavaro, Raymond Domenech, le sélectionneur de l’équipe de France, avait déclaré qu’il attendait la nomination du « vrai » Ballon d’Or, celui de la Fifa (Fédération internationale de football). Et la Fifa a choisi… Fabio Cannavaro. Lundi soir, à Zurich, les entraîneurs et capitaines des sélections nationales ont en effet élu le défenseur du Real de Madrid devant Zinédine Zidane et Ronaldinho, tenant du titre. Ils ont récompensé la solidité et le leadership du capitaine de la Squadra Azzurra, qui a emmené les siens vers le titre suprême lors de la Coupe du Monde 2006. Sa constance en championnat d’Italie, qu’il a remporté avec la Juventus de Turin en 2006, a sans doute également pesé dans la balance. Même si ce titre, comme celui de 2005, a été retiré à la Vieille Dame suite à une vaste affaire de corruption mêlant plusieurs clubs.

Sans le coup de tête asséné à Marco Materrazzi en finale de la Coupe du Monde 2006, Zinédine Zidane, pourtant auteur d’une saison moyenne avec le Real de Madrid, aurait sans doute pu remporter son troisième titre Fifa après ceux de 1998, 2000 et 2003. Il ne recueille que 44 points de moins que Cannavaro. Quant à Ronaldinho, il n’a pas pu faire aussi bien que sa compatriote Marta, élue meilleure footballeuse 2006 après avoir terminé deux fois à la seconde place. Le Brésilien a remporté le championnat espagnol et la Ligue des champions avec le FC Barcelone, mais il n’a pas été assez décisif avec le Brésil, durant le Mondial allemand, pour passer devant ses deux concurrents.

Bis repetita pour Henry et Eto’o

Pourquoi alors ne pas avoir regardé ailleurs ? Vers Thierry Henry, véritable Poulidor (abonné aux places d’honneur) des trophées footballistiques et arrivé quatrième au classement Fifa 2006 ? Le Gunner d’Arsenal a terminé la saison 2005-2006 meilleur buteur de Premier League, avec 27 réalisations, et a inscrit 41 buts en 60 matchs toutes compétitions confondues. Il est un artisan indiscutable de la qualification de son pays en finale de la Coupe du Monde ainsi que de son club en finale de la Ligue des champions.

Quant à Samuel Eto’o, le pichichi (meilleur buteur) et champion d’Espagne 2005-2006 a trouvé le chemin des filets à 26 reprises en 34 matchs de Liga. L’attaquant Blau Grana, qui demandait en novembre si le Ballon d’Or accordé à Cannavaro était « une blague », a remporté la Ligue des Champions, dont il a été élu meilleur attaquant (6 buts). Il n’a pas participé à la Coupe du Monde mais a brillé lors de la Coupe d’Afrique des Nations, en Egypte, malgré un collectif incapable de lui donner le la.

Le Cameroun ne fait pas de cadeaux

37 votants – le règlement interdit de voter pour ses poulains – ont estimé qu’Eto’o méritait la première place, contre 28 à l’attaquant français Thierry Henry. Parmi les entraîneurs africains, ceux de la Tunisie, du Ghana, de la RDC, de la Libye, de la Centrafrique ou encore du Cap-Vert l’ont mis sur la plus haute marche du podium. Didier Drogba, qui termine l’année bien mieux qu’il ne l’a débutée avec Chelsea, prend la sixième place du classement derrière Samuel Eto’o. Le capitaine des Eléphants de Côte d’Ivoire a placé Zinédine Zidane à la première place, Gianluigi Buffon (gardien Italie, Juventus de Turin) à la seconde et Samuel Eto’o à la troisième. En revanche, les Camerounais n’ont pas fait de cadeaux à leurs cousins.

Rigobert Song, le capitaine des Lions Indomptables, a fait de Miroslav Klose sont joueur de l’année, devant Cannavaro et Patrick Vieira. Pour Jules Frederic Nyongha, son entraîneur en sélection, le trio de l’année 2005-2006 est composé de Wayne Rooney (Angleterre, Manchester United), Michael Ballack (Allemagne, Bayer Munich puis Chelsea) et Gianluigi Buffon (Italie, Juventus Turin). Ulrich Stielike, l’entraîneur des Eléphants de Côte d’Ivoire, leur rend la pareil en accordant ses voix à Miroslav Klose (Allemagne, Werder Brême), Juan Roman Riquelme (Argentine, Villareal) et Cristiano Ronaldo (Portugal, Manchester United).

Pour la petite histoire, selon Raymond Domenech, le joueur de l’année est Petr Cech, le gardien tchèque des Blues de Chelsea, suivi de la teigne italienne Gennaro Gatuso et de Didier Drogba. Pas revanchard, Cannavaro a donné ses voix à Lilian Thuram, Patrick Vieira et Samuel Eto’o.

Lire aussi : Ballon d’Or 2006 : Henry et Eto’o encore sur la touche