Bernard Walla

Le nouveau ministre togolais des Sports, Antoine Folly, a émis des doutes quant à la légitimité du Comité provisoire de gestion (CPG) de la Fédération togolaise de football (FTF), la structure mise en place au lendemain de la crise née l’an dernier dans le football togolais. Le Ministre compte faire revenir aux affaires l’ancien bureau exécutif de la FTF.


Notre correspondant à Lomé

Selon le ministre des Sports Antoine Folly, la légitimité du Comité provisoire de gestion de la Fédération togolaise de football est fort contestable. « Nous n’avons reçu, à ce jour, aucune notification confirmant ou non la légitimité du Comité provisoire de gestion de la FTF», a-t-il déclaré mercredi. Un avis que ne partage pas du tout la structure dirigée par Bernard Walla. « Le CPG a été bien reconnu par les instances internationales de gestion de football à savoir la Confédération africaine de football (CAF) et la Fédération internationale de football (FIFA) », a indiqué le Comité dans un communiqué publié mercredi. Une position que soutien son organe géniteur, le Comité National Olympique Togolais (CNOT) qui, cependant, n’a pas encore produit de document attestant de la légalité de son rejeton.

Du coup, le ministre des Sports envisage une médiation entre les différents acteurs du football togolais, en vue de ressusciter le défunt bureau exécutif de la FTF. Un bureau qui serait dirigé par le très controversé vice Président Gabriel Améyi. Celui-ci s’était autoproclamé « nouveau Président de la FTF », lors d’une affaire de corruption d’arbitres qui a vu la condamnation à vie du Président d’alors, Tata Avléssi, de toute activité sportive.

Une fédération divisée

De sources proches du ministre, il serait inapproprié d’organiser une nouvelle élection du bureau de la FTF avec le maintien d’un CPG non encore officiellement reconnu par les instances internationales de football. « Comment voulez-vous aller aux élections avec des gens qui sont dans le même bureau et qui ne se parlent même pas, avec des gens qui veulent se tuer, sans rechercher au préalable l’entente entre les acteurs du sport roi ? », s’interroge Winny Dogbatsè, Président de Gomido, Club de 1ère division.

Selon l’agenda du CPG, le congrès de la FTF est prévu pour le 10 février prochain.

M. Folly avait annoncé le week-end dernier la création d’un Comité de gestion autonome des équipes nationales de football (sénior, junior et cadet). Depuis sa nomination en décembre au ministère des Sports, le ministre a ouvert de grands chantiers pour la professionnalisation du football togolais. Il a récemment fait appel à Michel Hidalgo (ancien directeur technique de l’Olympique de Marseille), pour l’aider dans le recrutement d’un nouvel entraîneur (le contrat de Stephen Keshi a expiré fin 2007) et dans la mise sur pied d’une direction technique professionnelle.

Depuis plusieurs mois, le Togo est confronté à une crise profonde du football qui a abouti à la mise en place, le 26 juillet 2006, d’un Comité provisoire de gestion.