Coupable d’un geste dangereux sur l’international mauritanien Almike Moussa N’Diaye le 7 janvier à l’occasion des 32es de finale de la Coupe de France contre Hyères (2-0), le défenseur central de l’Olympique de Marseille, Éric Bailly, a écopé jeudi d’une suspension de 7 matchs infligée par la commission de discipline de la Fédération française de football. Le geste de l’international ivoirien a envoyé son vis-à-vis à l’hôpital mais il n’était pas volontaire et beaucoup de voix s’élèvent pour dénoncer la sévérité de cette sanction. Dernier en date : la légende ivoirienne et de l’OM, Didier Drogba, qui a volé au secours de son compatriote.

«Je trouve très dommage la décision de la commission de discipline de donner 7 matchs de suspension à Eric Bailly pour ce geste dangereux. Là où d’autres n’ont écopé que de deux matchs?!?! Quelles sont les explications?! Le geste est dangereux en effet mais la différence entre les sanctions est étonnante quand même non ?!?!?», a dénoncé l’ex-buteur sur les réseaux sociaux en comparant notamment à la sanction récemment infligée au Tunisien Wahbi Khazri par la commission de discipline de la Ligue de Football Professionnel, réputée moins sévère, pour un geste commis en Ligue 1.

Rappelons que l’Eléphant a fait preuve d’un comportement exemplaire après sa faute. «Il s’est excusé 150 fois, on sentait le gars qui n’était pas bien», a assuré le président de Hyères, Mourad Boudjellal, sur RMC. Le joueur prêté par Manchester United s’était ensuite rendu à l’hôpital pour rendre visite à sa «victime», placée par précaution en service de réanimation. Dénonçant une sanction disproportionnée, l’OM n’exclut pas quant à lui de faire appel.