Depuis quelques jours, le doute plane à nouveau sur l’identité du gardien arméno-camerounais du PSG, Apoula Edel. Accusé d’avoir falsifié son identité, le portier a été entendu par la police. A priori, le passeport et le visa arménien du gardien camerounais, présentés en début de semaine, innocente l’international arménien.


Le gardien du Paris Saint-Germain s’appelle Apoula Edel, un Arménien de 24 ans. A moins que ce se ne soit Ambroise Beyaména, Camerounais de 29 ans? C’est l’affaire qui secoue le landerneau footballistique français depuis quelques mois. Le dernier rempart du PSG est-il vraiment celui qu’il dit? Retour sur une affaire compliquée.

Début décembre, le joueur fait face aux accusation de Nicolas Philibert, son ancien entraîneur, qui lui reproche d’avoir falsifié son âge et son identité. En 2002, le gardien quitte le Cameroun et rejoint l’Arménie. Là-bas, il s’impose très vite comme l’un des meilleurs à son poste. Ce qui lui vaut d’être appelé par Bernard Casoni, le sélectionneur français des Rouge et Noir. Quatre semaines après son arrivée, les autorités arméniennes lui ont donné un passeport arménien pour qu’il joue avec l’équipe nationale. Philibert l’accuse d’avoir falsifié son identité et d’avoir refusé d’honorer les dettes qui le liaient au Français.

Papiers officiels

De la pure calomnie, rétorque l’avocat du portier parisien qui, de son côté, avait déposé une plainte en janvier dernier contre l’ancien agent pour tentative d’extorsion de fonds. Edel est d’ailleurs venu s’expliquer à ce sujet en début de semaine au commissariat de Poissy. « Il est logique que les services de police entendent le plaignant, a expliqué l’avocat du joueur, maître Christophe Bigot, à RMC. Il n’y a pas d’observation particulière à faire. C’est le cours de l’enquête qui avance. Edel a pris lui-même l’initiative de déposer plainte. »

RMC s’est d’ailleurs procuré les documents officiels présentés à la Police et aux instances sportives, dont la LFP, qui confirment qu’Edel s’appelle bien Edel, né le 17 juin 1986 à Ekom au Cameroun. « Il n’y a pas de doute là-dessus », confirme l’avocat du joueur, Christophe Bigot. Le visa délivré par les autorités arméniennes en mai 2002 certifie que le gardien du PSG s’appelait bien Apoula Bete Edel au moment où il est entré dans le pays en mai 2002,  contrairement aux accusations de Nicolas Philibert. « Pour moi, il n’y a rien de nouveau sur le soleil, poursuit Bigot. Tout cela est extrêmement pénible pour Edel. C’est une pression qu’il a sur ses épaules. J’ai des éléments d’état-civil qui viennent du Cameroun, qui sont incontestables. On lui a demandé l’argent. Tout vient de là. » L’affaire est entendue?