Coupe du monde U17 : le Sénégal et son phénomène Amara Diouf s’offrent l’Argentine

Ce samedi, le Sénégal faisait son entrée en lice en Coupe du monde U17 face à l’Argentine au Si Jalak Harupat Stadium de Java (Indonésie). Portés par leur capitaine Amara Diouf, auteur d’un doublé dont un but à la Mbappé, les champions d’Afrique U17 l’ont emporté 1-2 et ont pris la tête de leur groupe.

Dès l’engagement argentin, la défense sénégalaise récupérait le cuir pour Amara Diouf qui déclenchait la première grosse occasion de la rencontre. Le phénomène de 15 ans faisait en effet danser ses vis-à-vis à gauche, puis adressait un long centre au second poteau pour un coéquipier dont la reprise plongeante de la tête était repoussée par le gardien (1ere). Signe du début de match supersonique, dans la minute suivante, les Argentins répliquaient par un tir croisé de Santiago López à droite, après un dribble subtil sur un défenseur sénégalais – sans grand danger puisque la tentative de l’ailier du Club Atlético Independiente passait largement hors-cadre (2e).

Amara Diouf se la joue Kylian Mbappé

Peu après, l’Albiceleste tirait un coup franc lointain s’envolant au-dessus de la cage de Serigne Fallou Diouf (5e). S’ensuivait l’ouverture du score… mais du côté sénégalais. À gauche, Amara Diouf, très affûté techniquement, fixait ses adversaires et décochait une frappe qui faisait mouche au premier poteau, imitant ainsi la spéciale Kylian Mbappé (0-1, 6e).

Le plus dur était fait pour les Lionceaux, et ces derniers laissaient le jeu à l’avantage de leurs adversaires, en vue d’exploiter les moindres opportunités de contres. Une aubaine pour les Ciel et Blanc pour se procurer leurs meilleures opportunités, sans toutefois trouver la faille. Déjà Claudio Echeverri, pourtant libre de tout marquage dans la surface, manquait sa reprise sur une passe en retrait venant de la droite (9e). Ensuite, Agustín Ruberto butait in extremis sur la défense au second poteau, manquant ainsi l’opportunité d’inscrire un beau but, alors que López venait de déposer tous ses poursuivants sénégalais sur l’aile droite (20e). L’attaque argentine péchait de nouveau sur un copié-collé une quinzaine de minutes plus tard (37e), et s’en mordait les doigts. Car une minute plus tard, Amara Diouf, décidément en état de grâce, chipait un ballon qui traînait dangereusement dans la défense adverse pour aller battre Froilán Díaz en deux temps au premier poteau, dans un angle fermé, et s’offrir le doublé (0-2, 38e).

Rattrapés par la patrouille

Les Lionceaux bénéficiaient désormais d’une avance confortable et géraient sereinement la suite des événements. Très peu inquiété depuis le coup d’envoi, Serigne Fallou Diouf ne manquait pas l’occasion de briller dans ses cages. Le gardien sortait notamment au-devant de Ruberto qui s’était présenté face à la lui, à la faveur d’une passe lumineuse, et mettait en échec l’avant-centre de River Plate (55e).

Les Argentins semblaient eux se résigner, sans doute sonnés par le second but. Les Lionceaux en profitaient eux pour placer de nouvelles attaques, mais faisaient preuve de déchets dans le dernier geste. En attestent la frappe dévissée de Yaya Diémé, seul face au gardien à droite au premier poteau (61e), la reprise rasante d’Omar Sall flirtant avec le poteau droit du gardien (70e), ou encore ce tir croisé d’Amara Diouf léchant le même montant huit minutes plus tard (78e). Finalement, à force de vendanger, ils se faisaient rattraper par la patrouille en concédant l’ouverture du score sur un coup franc magistral de Ruberto, bien aidé par la grossière faute de main de Serigne Fallou Diouf (1-2, 90e+2).

Le Sénégal prend ainsi la tête du groupe D devant le Japon, tombeur 1-0 de la Pologne un peu plus tôt dans la journée. En cas de victoire contre la Pologne mardi, dans le cadre du deuxième match de poule, Serigne Saliou Dia et ses hommes valideront leur ticket pour les huitièmes de finale.

La compo du Sénégal U17

Coupe du monde U17 : le Sénégal et son phénomène Amara Diouf s’offrent l’Argentine
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.