La Fédération sénégalaise de football (FSF) a décidé la semaine dernière de reprendre le championnat en novembre 2020 avec une nouvelle formule de play-offs et de play-downs. Bien évidemment, cette innovation n’est pas du goût de tout le monde. Génération Foot menace de boycotter la reprise.

La décision de la FSF d’instaurer les play-offs et play-downs pour la reprise du championnat sénégalais en novembre prochain est loin de faire l’unanimité. Bien au contraire, ce choix suscite la discorde au sein du football local. Si les dirigeants de clubs tels que Jamono Fatick et Dakar Sacré-Cœur ont approuvé la décision émanant de l’instance dirigée par Augustin Senghor, tel n’est pas le cas de Génération Foot.

GF y voit «un manque de respect»

Le club formateur de Sadio Mané et d’Ismaïla Sarr conteste ladite décision et crie à l’injustice. «C’est une grosse déception. C’est même un manque de respect pour des clubs qui ont investi des milliards dans le football national. On doit respecter les présidents des clubs de l’élite, qui se saignent pour faire vivre leur équipe. A Génération Foot, on ne peut pas accepter cette décision. On ne peut pas changer le règlement en cours du jeu», a martelé Talla Fall, le chargé de communication de Génération Foot. Mady Touré, président des pensionnaires du stade Déni Biram Ndao, est allé dans le même sens. «C’est une position de principe, on refuse de prendre part à ces play-offs et ces play-downs. Je n’en fais pas une affaire personnelle, mais un combat d’ensemble des présidents de clubs amateurs et professionnels. Je ne vise que l’intérêt du football national qui n’a pas besoin de bisbilles», a affirmé le dirigeant sur la plateforme Whatsapp «Foot local».

La Fédé hausse le ton

Pointée du doigt, la FSF reste malgré tout, ferme sur sa décision. «Tout club qui décidera de ne pas jouer les play-offs, sera déclaré en non-activité, il sera relégué», a prévenu l’instance, avant d’exposer la procédure ayant abouti à la prise de ladite décision. «Les consultations qui devaient être faites ont été faites. Nous ne pouvons pas, surtout dans un contexte de coronavirus et de décisions qui interdisent la circulation et les rassemblements, consulter l’ensemble des 300 clubs. Nous sommes passés par les ligues régionales et les instances intermédiaires pour prendre les avis des uns et des autres. Nous avons même dû violer le délai accordé par la CAF qui souhaitait que nous rendions notre position au plus tard le 5 mai, nous avons entendu le 13 mai pour nous réunir. En essayant d’emmagasiner le maximum d’informations et de positions».

Le ton est donc donné. Ces menaces brandies par la FSF inciteront-elles Génération Foot à rentrer dans le rang ? Le feuilleton ne fait peut-être que commencer…