Tottenham : le souvenir étonnant d’Adebayor sur Mané

En mars dernier, Emmanuel Adebayor annonçait sa retraite à 39 ans, après 24 ans de carrière. Dans une récente interview, l’ancien attaquant emblématique des Éperviers du Togo (66 capes, 29 buts) s’est confié sur sa reconversion en tant qu’instructeur et en a profité pour faire une révélation sur Sadio Mané.

Récemment de passage au Burkina Faso pour une rencontre caritative organisée par la Fondation Bertrand Traoré, Emmanuel Adebayor en a dit un peu plus sur sa nouvelle vie d’instructeur de football. « Je suis un instructeur ; j’entraîne des jeunes et je leur donne des conseils. Aujourd’hui, ce que je fais de mieux est de partager mon expérience avec les jeunes », a expliqué l’ancien pensionnaire du Real Madrid à la chaine burkinabè CS Médias.

L’anecdote d’Adebayor sur Mané

Membre du Comité technique et de développement de la Confédération Africaine de Football (CAF) pour l’UFOA B depuis l’année dernière, « SEA » apporte sa contribution pour l’émergence de nouveaux talents. « Il est crucial que l’Afrique découvre de nouveaux talents tels que Bertrand Traoré, Didier Drogba, Alain Traoré, Michael Essien… Il y a tellement de noms. Aujourd’hui, nous sommes fiers d’avoir des joueurs comme Mohamed Salah », a indiqué l’ex-Monégasque.

Le Togolais n’a pas omis de citer l’exemple de Sadio Mané avec qui il a partagé quelques moments, à l’époque où le Sénégalais défendait les couleurs de Southampton. « Il y a aussi Sadio Mané, que j’ai vu grandir lorsqu’il était à Southampton. J’étais à Tottenham et il venait souvent dans les vestiaires pour me demander mon maillot. Rien n’est plus beau pour mon continent que de le voir parmi les meilleurs joueurs du monde », a ainsi révélé Adebayor.

Outre son implication dans l’instruction des jeunes, Adebayor a investi dans l’agrobusiness et dans l’éducation au Togo par le biais de sa fondation SEA.

Tottenham : le souvenir étonnant d’Adebayor sur Mané
Prudence Ahanogbe

Couteau suisse de la rédaction footballistique, je perce mon trou grâce au dépassement de soi. Sur mon versant gauche, un don indescriptible pour l’écriture, un peu comme Messi, et sur le versant droit, beaucoup de travail, à la Cristiano Ronaldo.