De violents heurts ont opposé des supporters de Zamalek à les forces de l’ordre, avant le match contre ENPPI, dimanche au Caire. D’après les chiffres avancés par les autorités égyptiennes, 19 personnes ont trouvé la mort dans ces affrontements.


Nouveau drame en Egypte. Trois ans après les affrontements meurtriers de Port Saïd, de violents incidents ont éclaté dimanche avant le match de championnat entre le Zamalek et ENPPI (1-1), l’une des premières rencontres ouverte au public depuis 2012. L’agence de presse Mena déplorait un bilan de 22 morts et 25 blessés. Bilan revu à la baisse par les autorités locales, qui ont de leur côté confirmé 19 décès.

D’après le ministère de la Santé, des heurts ont éclaté avant le coup d’envoi entre l’armée et des supporters du Zamalek qui ont tenté de pénétrer dans le stade des Forces Aériennes du Caire sans billet. Les morts ont été causées par « suffocation » provoquée par l’usage de gaz lacrymogène par les forces de l’ordre et à cause de « bousculades » précise une source médicale.

Face à cette nouvelle flambée de violence, alors que les supporters étaient à peine de retour dans les tribunes après près de deux ans de matches à huis clos total ou partiel, le championnat égyptien a été suspendu. « Il a été décidé de reporter le championnat à une date qui sera décidée ultérieurement« , a indiqué le Premier ministre Ibrahim Mahlab.