Algérie : après la polémique Gassama, Belmadi s’explique

«Je ne dis pas qu'il faut le tuer, mais il ne faut pas le laisser tranquille.» En prononçant ces propos dimanche dernier au sujet de Bakary Gassama, arbitre du barrage retour de la Coupe du monde 2022 face au Cameroun (1-2, ap), le sélectionneur de l’Algérie, Djamel Belmadi, a déclenché une énorme polémique. Invité ce lundi dans l’émission Rothen s’enflamme sur RMC, le technicien a tenté de calmer le jeu en clarifiant ses déclarations.

«Les propos qui ont fait polémique, c'est 3 minutes sur 50 minutes. Des fois, il faut faire preuve de plus de déontologie journalistique et éviter de sortir les mots de leur contexte, ça peut créer de l'ambiguïté ou du mal entendu», a d’abord dénoncé le vainqueur de la CAN 2019. «Ce qui m'a dérangé, parce que je suis attentif à ce qui se dit, c'est que j'ai vu que le café-mille feuilles avait fait le tour du monde ! Ça me fait mal de me rabaisser à ce point pour expliquer ça. Le café-mille feuilles, c’était une expression, je n’ai quand même pas été guetté ce que le gars a mangé. Ça pouvait être un thé avec une tartelette ! Quand je disais que Gassama était confortablement installé à l'aéroport, c'était parce qu'il était affalé, il y avait un petit côté ‘je nargue, regardez moi’. Ce que je veux dire par là, c’est que le côté il vient, il est installé comme ça, je n’ai pas supporté cette image.»

L’ancien joueur du PSG et de l’OM a ensuite nié toute incitation à la violence dans ses propos. «Quand j'ai dit qu'il ne fallait pas le tuer, mais c'est une expression ! C'est comme si on dit ‘c'est bon, j'ai tué personne’, c'est exactement dans cette lignée. Bien sûr que nous sommes contre la violence», a assuré l’Algérien. «Contrairement à ce que certains ont dit (l’ancien arbitre français Tony Chapron, ndlr), je ne voulais pas qu'il rentre avec une charrette et un âne. (…) J’estime, et 50 millions de personnes estiment, qu’on a été largement lésés. (…) Quand je dis ‘on ne va plus l’accepter', ça veut dire qu’on va se plaindre, qu’on va envoyer des dossiers lourds à la FIFA. Je veux juste dénoncer le nœud du problème, qui est l’arbitrage africain.»

Et Belmadi de conclure par une forme de mea culpa : «Je n'ai aucune espèce de souci à reconnaître des erreurs, si c'est ce que l'on veut me faire dire. Moi, c'est le fond qui m'intéresse, comment faire progresser notre arbitrage. (…) Vous vous rappelez quand Thierry Roland avait dit ‘vous êtes un salaud' ? Il a parlé avec son cœur, c'est le football.» De quoi calmer le jeu ?

Algérie : après la polémique Gassama, Belmadi s’explique
Romain Lantheaume

Je suis tombé amoureux du foot africain avec Didier Drogba, puis j’ai découvert Afrik-Foot en 2013. Depuis, nous ne nous sommes plus lâchés !