Algérie : les expatriés vont devoir prouver leur amour

Après s’être considérablement appuyée sur les expatriés au cours des dernières années (Mahrez, Ghoulam, Brahimi, Feghouli,…), la Fédération algérienne (FAF) veut changer de cap. Réuni mercredi, le bureau fédéral de l’instance a annoncé qu’il va durcir les critères de sélection les concernant. “Deux critères seront pris en considération pour convoquer un joueur algérien établi à l'étranger dans l'une des sélections nationales : son engagement inconditionnel en faveur de l'Algérie et sa supériorité technique par rapport aux joueurs exerçant en Algérie“, a souligné la FAF.

Alors que leur motivation a été mise en cause au cours des derniers mois, le message est clair pour les expatriés, qui sont souvent binationaux : il faudra adopter un comportement irréprochable pour venir en sélection. Derrière cette décision, on retrouve la patte du nouveau sélectionneur Rabah Madjer, fervent partisan des joueurs locaux. Mais on peut aussi considérer que la FAF se sert des joueurs évoluant à l'étranger comme des bouc-émissaires après les contre-performances des derniers mois.

Algérie : les expatriés vont devoir prouver leur amour
Rédaction

Issa Hayatou, Ahmad Ahmad, Patrice Motsepe… Lancée en 2010, la rédaction d’Afrik-Foot en a vu défiler des présidents de la CAF. Sa plume peut parfois être acerbe mais elle a toujours le même objectif : œuvrer au développement du football africain, sans rien cacher de ses réussites comme de ses faiblesses.