ASSE-Gradel : “Le club me fait du chantage”

Désireux de quitter Saint-Etienne pour rejoindre la Premier League, Max-Alain Gradel est toujours bloqué par les Verts. Si le milieu de terrain est déjà tombé d'accord avec Bournemouth, l'ASSE retarde la transaction faute d'entente financière. Face à cette situation, l'Ivoirien est monté au créneau.


Au beau fixe ces derniers mois, depuis le retour du joueur de la CAN 2015 et une fin de saison en trombe, les relations entre Max-Alain Gradel et Saint-Etienne se sont passablement dégradées ces derniers jours. Car si le départ de l'Eléphant est acté, l'officialisation de son arrivée à Bournemouth s'éternise. L'international ivoirien qui a pourtant passé sa visite médicale lundi chez le promu en Premier League et même fait ses adieux aux supporters des Verts commence à trouver le temps long.

La faute à un accord que n'arrivent toujours pas à trouver les deux clubs. De quoi pousser le milieu de terrain à fustiger l'attitude de ses dirigeants dans cette histoire, indiquant dans un tweet effacé par la suite : “Aujourd'hui, je suis déçu du comportement des dirigeants de ce club, car trop c'est trop“. Allusion au fait qu'il lui a été demandé de régler de sa poche la différence entre les exigences et Saint-Etienne pour le laisser filer et la somme qu'est prêt à verser Bournemouth.

Procédé que décrie l'intéressé. “Saint-Etienne me fait du chantage. J'ai pris un risque en jouant en Roumanie jeudi dernier (en Ligue Europa, ndlr). Et pour me remercier, les dirigeants me bloquent au dernier moment en me demandant de mettre de l'argent de ma poche. C'est inadmissible“, a confié Gradel dans les colonnes de L'Equipe. “Quand j'ai prolongé, j'ai baissé mon salaire contre une prime annuelle. Ils ont mis du temps à me la donner. Ils me l'ont payé en trois ou quatre fois, dont le dernier chèque, plus mon salaire de juin, il y a dix jours. Et maintenant, vu que je pars, ils veulent que je leur en reverse une partie. Le problème est là.

Face à cette situation, Gradel n'entend pas céder à son transfert, quitte à mettre la pression sur ses dirigeants, même s'il reconnaît : “C'est Saint-Etienne qui est venu me chercher en D2 anglaise, il y a quatre ans.” D'après le quotidien sportif, le départ de l'Ivoirien serait également bloqué en raison d'une prime pour la saison à venir que le joueur aurait déjà perçue et qu'il lui a été demandé de restituer compte tenu de son départ à venir. Ambiance.

Avatar photo
Malick Bamba