Sur les 56 associations membres de la Confédération africaine de football, 13 ne figurent pas sur la liste finale des votes pour la désignation du meilleur joueur africain de l’année 2015. Une absence qui prête aux rumeurs de trafic du scrutin et à laquelle la CAF a tenu à répondre.


Conclue jeudi 7 janvier par le sacre de Pierre-Emerick Aubameyang comme meilleur joueur africain de l’année 2015, la cérémonie des CAF Awards a depuis suscité bon nombre de réactions, les finalistes Yaya Touré et André Ayew exprimant notamment leur incompréhension après la victoire du Gabonais.


 Les fédérations concernées

Angola

Bénin

Centrafrique

Comores

Congo

Erythrée

Ethiopie

Kenya

La Réunion

Sao Tomé et Principe

Seychelles

Soudan du Sud

Zanzibar

D’autres voix se sont ensuite élevées après la publication des votes pour faire remarquer que toutes les fédérations n’ont pas pris part au scrutin, certaines d’entre elles étant absentes sur la liste publiée par la Confédération africaine de football.

Contactée par la rédaction d’Afrik-Foot, l’instance dirigeante du football continental a tenu à mettre fin aux allégations de trafic de votes. « Nous fixons un délai limite pour les votes en veillant à avoir au bout un minimum de 40 fédérations qui votent« , a notamment indiqué Junior Binyam, directeur des médias de la CAF, avant de déplorer : « Les fédérations ne figurant pas dans cette liste n’ont pas envoyé tout simplement leurs bulletins de vote dans les délais impartis malgré plusieurs relances. »

Pour cette édition 2015, 43 des 56 fédérations membres de la CAF ont fait parvenir leurs bulletins à temps, 13 restant donc sur le carreau en raison des retards ou n’ayant tout simplement pas voté. Ce qui aurait pu changer bien de choses sur l’issue de la soirée, d’autant plus qu’Aubameyang n’a finalement devancé Yaya Touré que de sept unités (143 points contre 136). Avec toutes les voix prises en compte, quel aurait le résultat ? Une situation qui n’est pas exceptionnelle, a rappelé le responsable médias, indiquant que cette situation est inhérente à chaque édition des CAF Awards et que c’est la raison pour laquelle la règle des 40 fédérations minimum a été instaurée. La fin de la polémique ?

 Retrouvez répartition des votes par fédération