Dans la lignée du président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), Samuel Eto’o, les Lions Indomptables ont multiplié les déclarations pleines d’ambitions à l’approche de la Coupe du monde 2022 en répétant qu’ils se rendent au Qatar pour aller loin dans la compétition malgré des derniers résultats assez inquiétants. Un discours dangereux pour l’ancien gardien de l’Olympique de Marseille, Joseph-Antoine Bell.

«C’est peut-être une nouvelle manière pour les petits pour qu’on parle d’eux, ils auront gagné la Coupe du monde des déclarations», a taclé le Camerounais pour l'AFP. «S’ils se mettent à chanter qu’on va gagner la Coupe du monde, ils sont totalement à côté de la plaque. Le Brésil n’a pas annoncé qu’il allait la gagner. Aboubakar n’a pas abordé la Coupe d’Afrique des Nations en annonçant qu’il allait la gagner, et il ne s’agissait que de la CAN. Il s’est brusquement fait piquer par un virus du désert… Ce n’est pas sérieux, j’ai pitié pour les joueurs.»

En revanche, en cas de sortie précoce, que Bell juge inévitable, les Lions Indomptables se transformeront d’après lui en champion du monde des excuses. «Quand ils ne l’auront pas gagnée, à la fin, ce sera à cause d’un gardien, d’un défenseur qui a été lent, d’un attaquant qui a manqué un but… Attention ! Je suis évidemment supporter du Cameroun, mais il faut être lucide et revenir à la réalité, pas aux slogans ni aux incantations», a conclu l’homme de 68 ans.