Cameroun : la Fecafoot perd encore une bataille contre Conceiçao…

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a tranché. Dans le litige qui oppose Antonio Conceiçao à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), l'ancien sélectionneur portugais se verra verser une indemnité pour rupture abusive de contrat.

La Fédération camerounaise de football vit une période trouble. Déjà en proie à des problèmes avec la MTN Elite Two (Ligue 2), elle vient d'être condamnée à payer 1,6 million d'euros à son ancien sélectionneur Antonio Conceiçao, ce qui équivaut à plus d'un milliard de francs CFA. Cette décision confirme donc celle rendue initialement par la Commission du Statut du Joueur de la FIFA, qui avait déjà donné raison au Portugais de 61 ans en juillet 2022. La partie camerounaise estime que certains arguments pertinents présentés devant le Tribunal arbitral du sport n'ont pas été pris en compte, notamment le non-respect des clauses contractuelles. Selon le secrétaire général de l'instance camerounaise, la Fecafoot se réserve donc le droit de faire appel devant le Tribunal Fédéral Suisse concernant cette affaire Conceiçao, qui avait dirigé 23 matchs à la tête des Lions Indomptables (2 défaites seulement).

Une autre affaire en ligne de mire

En plus de l'indemnisation d'un milliard de francs CFA qu'elle devra verser à son ancien sélectionneur Conceiçao, la Fecafoot risque également de perdre une autre affaire en cours avec son ancien équipementier, Le Coq Sportif. Ce contrat aurait également été rompu de manière abusive par l'instance camerounaise, et l'affaire est actuellement devant les tribunaux. Cette situation menace de vider complètement les caisses de la Fecafoot, s'ajoutant ainsi à la gestion financière déjà décriée. L'objectif initial de Samuel Eto'o, le président de la fédération, était de redonner sa grandeur au football camerounais. Un challenge plus relevé que jamais…

Cameroun : la Fecafoot perd encore une bataille contre Conceiçao…
Anthony Olivier

Explorateur et gratte-plume du football africain, j'aime brosser le portrait des nouvelles pépites du continent.