Cameroun : le coup de gueule cinglant d’Eto’o sur la Libye

Le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), Samuel Eto’o, a salué le caractère des Lions Indomptables après le match nul contre la Libye (1-1), mardi, au stade Martyrs of February Stadium, pour la deuxième journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2026.

Mardi soir, la formation du sélectionneur Rigobert Song a lâché ses premiers points dans la course à la qualification pour le Mondial 2026, quatre jours après sa victoire en ouverture face à Maurice (3-0) au stade de Japoma, à Douala. Olivier Ntcham a ouvert le score sur penalty à la 34e, puis Abdulmunem Aleiyan a égalisé neuf minutes plus tard, avant la pause. Résultat, la bande à Frank Zambo Anguissa se voit rejoindre en tête par le Cap-Vert, tombeur d’Eswatini (0-2) à Nelspruit en Afrique du Sud. Les Libyens étant eux relégués à la troisième place, avec le même nombre de points mais une différence de buts inférieure à celle des deux premiers.

Au-delà du score peu avantageux, c’est l’atmosphère délétère à Benghazi qui fait jaser. En effet, selon la presse camerounaise, les Lions Indomptables ont été traités avec un soin qui rompt avec le fairplay. Le quartier de leur hôtel aurait été privé d'eau courante et d'électricité durant la durée de leur séjour. L'accès à Internet aurait été drastiquement limité. Mais ce n’est pas tout. Dans le chaudron du Martyrs of February Stadium, des lasers ont été utilisés pour aveugler les joueurs camerounais tout au long du match et l'hymne du Camerounais a été bafoué.

Sur sa page officielle Facebook, la Fécafoot a pesté contre « un environnement à la fois délétère et hostile, malgré les remontrances véhémentes des officiels camerounais tout au long de la rencontre, du fait des actes antisportifs et des décisions relevant de l'arbitraire, dont l'équipe aura été victime ». Un comportement antisportif que l’instance envisagerait de dénoncer sous la forme d’une plainte à la Confédération africaine de football (CAF) et à la FIFA, d’après la presse locale.

Une « violation de toutes les règles d’accueil et de fairplay du football »

En attendant, le président Samuel Eto’o a pris la parole pour témoigner son soutien à l’équipe nationale et cartonner les hôtes libyens. « Les joueurs de notre équipe nationale, par leur résilience, leur courage, dans une adversité inédite, ont su répondre présents. Hier (mardi 21 novembre, ndlr)… De mémoire d’ancien footballeur, vous nous avez offert un moment inoubliable. Nous avons vu une équipe nationale, la nôtre, qui a su contrôler son match en intensité et en qualité. Les phases de transition offensive et défensive ont été maîtrisées. Ceci, dans une atmosphère d’hostilité en rupture avec les nobles valeurs du football. Nous avons assisté, médusés, à la violation de toutes les règles d’accueil et de fairplay du football : l’hymne national de notre nation n’a pas été respecté, pire, a été moqué. Plus grave : le douzième homme a pris la forme d’un laser géant pour empêcher et brouiller le jeu des Lions Indomptables. Pour ce moment de fidélité aux couleurs de notre belle nation, je me sens le devoir de remercier les leaders de cette équipe valeureuse : Franck Zambo Anguissa, Clinton Njie, Fabrice Ondoa… Sachez que vous avez forcé mon admiration. Juste MERCI. Au sélectionneur Rigobert Song, j’emprunte à notre illustre chef : un seul mot continuez ! », a-t-il affirmé.

Cameroun : le coup de gueule cinglant d’Eto’o sur la Libye
Prudence Ahanogbe