Coup de tonnerre dans le ciel de Bata. Même dans leurs rêves les plus fous, les supporters du Nzalang n’auraient pu imaginer un tel scénario : en battant successivement la Libye (1-0) et le Sénégal (2-1), la Guinée équatoriale a validé son billet pour le second tour de la CAN 2012. Le Sénégal est éliminé.


Amara Traoré avait promis des changements après l’échec de la Zambie (1-2). Le sélectionneur du Sénégal a tenu promesse : d’un 4-3-3 offensif mais improductif, il est passé à un 4-4-2 plus traditionnel. Mais le technicien sénégalais a frappé plus fort : Mamadou Niang, le capitaine, est parti s’installer sur le banc, aux côté de Moussa Sow, Rémi Gomis et Demba Ba. Issiar Dia, Dame Ndoye et Papiss Cissé, dont l’entrée avait été convaincante lors du premier match, étaient titulaires.

Mais les choses n’ont pas franchement changé. Elles ont même empiré. Et personne dans la Tanière ne s’en satisfera. Ni Traoré qui doit se poser bien des questions, ni les joueurs qui n’ont rien montré, ni les supporters qui attendaient mieux. Largement dominateurs, les Lions ont encore manqué d’imagination. L’absence d’un milieu de terrain créatif, déjà pointée du doigt avant même les débuts de la CAN, était criante face à la Zambie. Elle était criarde face à la Guinée équatoriale.

Incapacité chronique

Les hommes d’Amara Traoré ont pourtant beaucoup tenté. Mais trop timides, ni Ba (16e, 22e, 32e) ni N’Daw (30e) ni Dia (43e) ni Cissé (49e) ni Sow (70e, 82e) ni Niang (74e) ne sont parvenus à trouver la faille. Pire, cette équipe annoncée comme un des principaux favoris de la compétition ont éprouvé les pires difficultés à bouger une bloc équato-guinéen solide et bien en place. En plein doute, les attaquants sénégalais ont affiché leur mal-être comme lors de ce léger accrochage entre Souleymane Diawara et Dame Ndoye, coupable d’un pêché de gourmandise aux yeux du Marseillais.

A 0-0, les Sénégalais se sont même fait peur. Car, petit à petit, le Nzalang, devant son public, a gagné en assurance. Au point de jouer crânement sa chance, à l’image de cette combinaison entre Fidjeu et Tazéméta (57e), sauvée in extremis par Diamé. Le scenario tourne carrément à la catastrophe lorsque Iyanga (61e) fait chavirer tout un pays : à la suite d’un superbe centre millimétré d’Alvarez Aguirre, Iyanga déboule aux six mètres pour placer une tête imparable. Le délire est indescriptible. Tout autant que l’incrédulité qui s’affiche sur les visages des Lions.

Car le but de Moussa Sow en toute fin de match (89e) n’a rien changé. Contre le cours de tous les pronostics, le Sénégal est éliminé. La faute à une incapacité à convertir les occasions mais aussi à un but fabuleux de Alvarez Aguirre (94e), passeur et buteur, devenu le héros de toute une nation. Eliminés, les Lions de la Teranga, dont le manque de réalisme est flagrant, rentrent la queue entre les jambes. La Guinée équatoriale a frappé un grand coup et, qualifiée pour les quarts de finale en compagnie de la Zambie, peut continuer à rêver.