Bien lancée par un but précoce de Rafik Halliche, l’Algérie s’est imposée 2-0 au Malawi samedi et enchaîne un troisième succès dans les éliminatoires de la CAN 2015. Mais les Verts ont souffert face aux Flames et frôlé l’égalisation jusqu’au but libérateur de Djamel Mesbah.


« C’est une équipe très difficile à manier chez elle. D’ailleurs, si on parle de chiffres, il n’y a que le Ghana qui a réussi à s’imposer là-bas. » Même si elle est erronée, la statistique avancée par Christian Gourcuff, le sélectionneur de l’Algérie, a trouvé tout son sens samedi. Si les Fennecs se sont imposés face au Malawi (2-0) et se présentent désormais en position de force pour la qualification avec un troisième succès décroché en autant de matches dans les éliminatoires de la CAN 2015, tout n’a pas été simple à Blantyre. Loin s’en faut.

Les Verts sont pourtant entrés dans le match de la meilleure des manières. A peine passée le round d’observation, ils ouvrent le score de la tête par Rafik Halliche sur un corner de Yacine Brahimi prolongé par Sofiane Feghouli (10e). Au cours d’une première période plaisante et animée, les coéquipiers de Mehdi Lacen, capitaine, pouvaient doubler la mise et tuer le match mais la tête d’Ishak Belfodil passait au-dessus (22e) puis Mcdonald Harawa captait en deux temps une frappe de Feghouli (25e), plus en vue que Brahimi et Mahrez.

M’Bolhi encore héroïque

Mais les Flames n’étaient pas en reste. Raïs M’Bolhi était à la parade pour sauver les Verts (22e) avant que le match baisse en intensité et que le déchet technique s’accumule de part et d’autre après la demi-heure de jeu. La reprise ratée de Msowoya, complètement esseulé, était là pour alerter les visiteurs (45e+1). Loin de se réveiller au retour des vestiaires, les Fennecs (fatigués par la chaleur ?) se montrent au contraire moins présents pour accomplir les efforts. Moins dangereux, ils subissent la domination des Malawites.

Raïs M’Bolhi est d’abord contraint de se détendre et réalise sa deuxième parade décisive du jour (56e). Le dernier rempart algérien était en revanche battu sur la frappe de Kamwendo qui concluait une action de classe à une touche de balle. Mais le tir du capitaine des Flames s’écrasait sur le poteau (64e) ! Oublié par la défense algérienne, Simukonda gâchait une autre belle occasion en envoyant sa tête au-dessus (66e). La tempête passée, les Verts ont resserré les rangs, non sans que M’Bolhi ne soit à nouveau mis à contribution (85e). Finalement, la délivrance est venue de Djamel Mesbah, qui venait d’entrer en jeu (90e +2, 2-0).

Privés de Slimani (finalement entré à la 68e au vu de la tournure prise par le match), Soudani et Belkalem, avec un Belfodil besogneux défensivement mais guère dangereux offensivement, les Verts décrochent un succès ô combien précieux et s’extirpent une nouvelle fois du piège tendu par leur adversaire. Avec neuf points, ils comptent trois longueurs d’avance sur le Mali, victorieux en Ethiopie (2-0), et six sur leur victime du jour.

Les compositions :

Algérie : M’Bolhi – Mandi, Halliche, Medjani, Ghoulam – Bentaleb (Taïder, 82e), Lacen – Feghouli, Brahimi, Mahrez (Mesbah, 89e) – Belfodil (Slimani, 68e).

Malawi : Harawa – Mulimbika, Nyirenda, Mzava – Maunde, Kaira, Kamwendo, N’Gambi, N’Galande (Mhango, 79e) – Nyondo (Simukonda, 54e), Msowoya (Banda, 65e).