Samuel Eto'o

Des tests positifs au Covid-19 effectués dans des circonstances étranges pour le Burkina Faso avant le match d’ouverture, des Comores privées de leur seul gardien de métier disponible en raison d’un changement de règlement de dernière minute en 8es de finale : le Cameroun a bénéficié de circonstances très favorables jusqu’à présent lors de la CAN 2021 qu’il organise à domicile. Dès lors, une question revient beaucoup : le pays-hôte serait-il avantagé par la Confédération africaine de football (CAF) ? Président de la Fédération camerounaise (Fecafoot), Samuel Eto’o a haussé le ton pour couper court à la polémique.

«Je voudrais faire une précision sur les tests, en rappelant aux journalistes qui se lancent dans des explications impossibles, que l'argent choisi pour faire les tests, n'est pas sous le contrôle du Cameroun. C'est à 100% sous le contrôle de la CAF. Les règles du jeu étaient connues par tous avant le début de la compétition. Je souhaite humblement que mon pays soit respecté. La Tunisie a eu sept cas de tests positifs face au Nigeria et elle ne jouait pas contre le Cameroun», a rappelé l’ancien attaquant du Barça pour Canal + Sport Afrique. «J'ai l'impression que certains d'entre nous ont parfois la mémoire courte. Il n'est pas fair-play d'insinuer des choses, d'accuser le gouvernement camerounais ou de m'accuser moi-même. Je n'ai jamais accepté la tricherie, ça ne sera jamais le cas. J'espère que c'est clair pour tout le monde.»

Clairement, la légende camerounaise ne tient pas à voir l'opprobre jetée sur son pays et le fait savoir.