CAN 2023 : le stade Charles-Konan-Banny de Yamoussoukro accueille les champions d’Afrique

Le nouveau stade de Yamoussoukro, construit en vue de la 34ème Coupe d’Afrique des Nations (CAN), couvre une superficie de 24,66 ha et a nécessité un investissement majeur de 47 milliards de Fcfa (71,6 millions d’euros). Récemment baptisé Charles Konan Banny, du nom de l’ancien Premier ministre ivoirien (2005-2007), ce stade offre plusieurs commodités modernes répondant aux normes internationales. Il accueillera les matchs du Sénégal, champion d'Afrique en titre.

De notre correspondant,

L’allure imposante de son architecture reflète la dimension de la personnalité dont il porte le nom et de la ville où il a été bâti. Yamoussoukro, capitale de la Côte d’Ivoire depuis mars 1983, est située à 240 km au nord d’Abidjan avec une population de 340 334 habitants. Elle est réputée pour ses grandes bâtisses dont les plus célèbres sont la Basilique Notre-Dame-de-la-Paix (la plus grande basilique au monde) et la fondation Félix Houphouët Boigny pour la recherche de la paix. L’autre particularité de Yamoussoukro, c’est son plan d’urbanisme personnalisé qui la différencie des autres villes du pays. La construction de ce stade pour la CAN 2023, répond donc à la vision du père fondateur de faire de “Yakro” (l’appellation populaire) une ville emblématique. 

Lancés par l’ancien Premier Ministre feu Amadou Gon Coulibaly le 19 octobre 2018, les travaux du stade Charles Konan Banny ont pris totalement fin le 3 juin 2023, date son inauguration officielle. Des retards dans l’exécution du cahier des charges et des manquements dans certains compartiments ont retardé sa livraison officielle.

Avec une capacité de 20.000 places, ce stade dispose de tribunes couvertes. Il est doté d’une pelouse naturelle, Quatre terrains d'entraînement, une salle de massage, six zones de sectorisation, sept tripodes, cinq infirmeries, deux vestiaires, une salle d’échauffement, deux ascenseurs, 200 places réservées à la tribune de presse, une salle de presse, une piste d’athlétisme en revêtement synthétique, des aires de saut et de lancer, des places réservées aux personnes à mobilité réduite etc. Multifonctionnel et pluridisciplinaire, ce chef-d’œuvre répond aux standards internationaux. 

Cependant en 2021, un couac va doucher les espoirs de l’ONS (Office Nationale des sports) et du Ministère des sports. Le stade flambant neuf de Yamoussoukro connaît alors quelques soucis au niveau de la pelouse ; elle serait, à la surprise générale, sablonneuse, car composée d’un croisement de deux variétés de gazon : le paspalum et le cynodon. Un mélange qui a besoin de sable pour une meilleure stabilité et une bonne aération. Ainsi, du sable apparaîtrait sur la pelouse, rendant la pratique du jeu difficile et mettant en danger l’intégrité physique des athlètes. L’autre problème, ce sont les portes de la salle média qui donnent sur le couloir des deux vestiaires, ce qui est proscrit par les règlements. Après une visite (début septembre 2021), les experts de la CAF ont décidé de la non-homologation du stade le 20 septembre 2021. 

Le couac de 2021

Conséquences : les matches des Eléphants de la Côte d’Ivoire comptant pour les éliminatoires du Mondial 2022 ont été délocalisés au Bénin. Une situation dégradante pour le pays hôte de la prochaine CAN. Depuis, tout semble toutefois rentré dans l’ordre. La pelouse du stade Charles Konan Banny est désormais réputée la deuxième meilleure après celle de Bouaké et les issues menant aux les vestiaires ont été fermées. De nouvelles issues orientées vers l’extérieur ont été ouvertes. 

La construction de l’édifice qui a mobilisé 700 à 800 ouvriers locaux par jour s’inscrit dans la ferme volonté du gouvernement ivoirien de développer les infrastructures sportives en Côte d’Ivoire. Cela permettra également de développer le sport pour tous, le sport de masse et le sport de haut niveau. Elle favorisera surtout la création de richesses et des opportunités pour les jeunes. « L’organisation de la CAN 2023 dans la cité de la plus grande Basilique au monde va booster l’économie, le tourisme, etc. » s’est ému un dirigeant de la Ligue régionale de football.

Situé à proximité du Lycée scientifique (une école d’excellence), le stade de Yamoussoukro a désormais été jugé conforme aux exigences internationales par la Confédération africaine de football (CAF). De ce fait, il a accueilli plusieurs rencontres des compétitions continentales interclubs de la CAF et un match des Eléphants contre la Zambie (3-1) comptant pour les éliminatoires de la CAN 2023. Récemment, il a servi de plateau à l’équipe nationale féminine du Burkina Faso qui y a reçu son homologue de l’Afrique du Sud dans le cadre des éliminatoires de la CAN (Maroc 2024).

Les lieux à visiter à Yamoussoukro

Au-delà de la CAN 2023, le stade Charles Konan Banny vient s’ajouter aux nombreux lieux et sites touristiques de la ville de Yamoussoukro :

La Basilique Notre-Dame de la Paix : Cette basilique est la plus grande église catholique au monde, avec une capacité de 18 000 personnes. Elle a été construite (sur fonds publics) par le président Félix Houphouët-Boigny en hommage à la paix et à la réconciliation.

Le Palais Présidentiel : Le palais présidentiel est un bâtiment gouvernemental situé dans le centre de Yamoussoukro. Il est entouré d’un lac artificiel et de jardins luxuriantsIl est possible de visiter le palais présidentiel sur rendez-vous.

La Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix : Cette fondation est un musée dédié à la vie et à l’œuvre du président Félix Houphouët-Boigny. Elle abrite également une bibliothèque et un centre de recherche.

Le lac aux caïmans, l’INHP (l’Institut National Polytechnique) sont des sites touristiques que les supporters, les journalistes et autres visiteurs pendant la CAN auront l’occasion de voir en marge des rencontres du groupe C, celui dit “de la mort”, avec le Sénégal, le Cameroun, la Guinée et la Gambie.

La température moyenne de la région est d’environ 26 °C. L’humidité relative varie entre 75 et 85 % avec des chutes à 40 % en période dharmattan et se situe entre 80 et 85 % en période pluvieuse.

Le transport est essentiellement l’affaire des taxis communaux et des motos-taxis. Pour la restauration, la ville est truffée de maquis (restaurants à ciel ouvert) et de bars pour toutes sortes de nourritures (africaines, européennes et autres) et virées nocturnes.  Rendez-vous est donc pris le 15 janvier pour le match Sénégal- Gambie qui fera entrer Yamoussoukro dans l’histoire de CAN. 

Le calendrier du stade Charles-Konan-Banny de Yamoussoukro à la CAN 2023

15 janvier, 14h : Sénégal 3–0 Gambie (Groupe C)
15 janvier, 17h : Cameroun 1–1 Guinée (Groupe C)
19 janvier, 17h : Sénégal – Cameroun (Groupe C)
19 janvier, 20h : Guinée – Gambie (Groupe C)
23 janvier, 17h : Guinée-Sénégal (Groupe C)
23 janvier, 20h : Angola – Burkina Faso (Groupe D)
29 janvier, 17h : 1er Groupe C contre 3è groupe A/B ou F (8e de finale n°5)
Samedi 3 février, 17h (quart de finale n°3)

Avatar photo
Marika Sawann