CAN ou Arabie Saoudite, la réponse surprenante d’Hervé Renard

Hervé Renard fera peut-être des déçus chez les supporters africains. En effet, le sélectionneur cosmopolite a révélé le plus grand tournant de sa carrière, et ce ne sont pas ses victoires à la Coupe d’Afrique des nations en 2012 et en 2015.

A l’occasion d’un entretien accordé à La Tribune Dimanche, le sélectionneur de l’équipe de France féminine Hervé Renard est revenu sur son parcours depuis l’exploit avec l’Arabie saoudite contre l'Argentine (2-1) à la Coupe du monde 2022 jusqu’à son intronisation sur le banc des Tricolores.

À la question de savoir quel souvenir du Mondial lui revient, le technicien de 55 ans a répondu : « Le stade magnifique. La musique avant le match. La première période difficile. Puis dix minutes où on ne sait pas trop ce qui se passe. Après, il faut s'accrocher parce que les vagues déferlent. Dans le couloir, j'ai dit au coach argentin [Lionel Scaloni] : ‘Vous avez perdu aujourd'hui, mais vous allez peut-être gagner le Mondial.’ Cette défaite leur a sans doute fait du bien (l’Albiceleste remportera la coupe en enchainant six victoires, ndlr). On finit en perdant deux joueurs importants : notre gardien qui percute notre arrière gauche, qui a mis six mois à revenir. Ça nous a coûté très cher ensuite. L'objectif, c'était aussi les huitièmes de finale. Mais est-ce qu'il valait mieux se qualifier sans relief et se faire éliminer par la France ? Réussir un coup comme ça restera à jamais. »

Quand Hervé Renard zappe la CAN

Puis de répondre par l’affirmative lorsqu'il a lui a été demandé s’il s’agissait du plus grand tournant de sa carrière : « Il y a eu les deux finales de la CAN [2012 avec la Zambie, 2015 avec la Côte d'Ivoire], mais si je devais ne retenir qu'un match, ce serait celui-là. J'espère qu'il y en aura d'autres. » Une vérité qui froissera peut-être les supporters des Chipolopolos et des Éléphants. Les deux sacres continentaux ont en tout cas permis au technicien de se faire un nom en Afrique et en France, et il est vrai que la victoire face au futur champion du monde lui a offert une renommée planétaire.

Le Français également passé par le Maroc s’est par ailleurs exprimé sur sa gueulante à la pause au Mondial, devenue virale. « Si cela a changé mon image ? Peut-être, mais il n'y avait rien de calculé. Je rentre dans un vestiaire où je vois tout le monde tête baissée. Je ne sais pas ce qui me traverse la tête mais je m'assois et je fais comme eux pendant quelques secondes. Puis je me lève et ça part. C'est instinctif, rien d'autre », a-t-il expliqué.

CAN ou Arabie Saoudite, la réponse surprenante d’Hervé Renard
Prudence Ahanogbe