Héros du sacre de la Côte d’Ivoire à la CAN 2015, le gardien Copa Barry (OH Louvain) a annoncé sa retraite ce samedi à 39 ans. L’ancien Eléphant va se reconvertir en entraîneur des gardiens.


Décidément, Copa Barry a le sens de la symbolique ! Très exactement quatre ans jour pour jour après avoir annoncé sa retraite internationale avec la Côte d’Ivoire, le gardien de 39 ans a informé ce samedi qu’il met un terme à sa carrière. Une annonce finalement pas très surprenante dans la mesure où Barry, qui était le gardien de l’OH Louvain (D2 belge) depuis 2017, n’a plus joué de match officiel depuis mars 2017, alors qu’il portait encore les couleurs de Lokeren, où il a évolué entre 2007 et 2017.

L’ancien Eléphant n’aura donc finalement jamais joué avec l’OHL où il combinait les fonctions de gardien remplaçant et d’entraîneur des gardiens. Une façon d’amorcer en douceur la transition qui attend l’Ivoirien, qui va désormais occuper à plein temps la fonction d’entraîneur des gardiens de Louvain.

A l’issue d’une carrière débutée à l’ASEC Mimosas et qui l’aura aussi mené à Rennes (2001-2003) et Beveren (2003-2007), on se souviendra surtout du rôle joué par le portier lors du sacre de son pays à la CAN 2015, une compétition qu’il avait pourtant débuté sur le banc. Mais à la faveur d’une blessure de Sylvain Gbohouo, il a été titularisé en finale et s’est mué en héros national contre le Ghana (0-0, 9 tab à 8) en repoussant deux tirs au but puis en inscrivant celui du titre. Un souvenir impérissable pour tout le peuple ivoirien.

 Le communiqué de Copa Barry

« Le 2 mars 2015, je vous annonçais la fin de ma carrière de footballeur international avec l’équipe nationale de Côte d’Ivoire.

Ce 2 mars, je réitère en vous annonçant la fin de ma carrière de gardien de but qui aura duré 22 ans.

Une fin qui annonce un début.

J’ai en effet remplacé mes gants par une nouvelle casquette, celle d’entraîneur.
Grâce à DIEU, j’ai eu la chance d’intégrer l’OHL qui m’offre aujourd’hui une place d’entraîneur de gardiens de but. Je tiens à témoigner toute ma gratitude pour leur confiance et cette nouvelle carrière à leur côté. J’ai conscience du poids de cette responsabilité. Comme mes prédécesseurs, je continuerai à transmettre les valeurs d’universalité, les valeurs de courage, l’esprit d’équipe et le sens du travail à mes jeunes frères.

Boubacar BARRY « COPA » est devenu ce qu’il est aujourd’hui grâce au soutien de personnes qui lui ont fait confiance et lui ont donné une chance. A ma mère, mes frères, mes sœurs, ma famille au sens large, je vous dis merci pour votre présence indéfectible. A tous les entraîneurs, tous les encadrants et tous les coéquipiers qui ont contribué à forger ma personnalité, je vous dis merci.

Aux médias, aux journalistes, merci pour l’intérêt que vous m’avez accordé.
Aux personnalités publiques que j’ai rencontrées, les supporters et aux personnes qui œuvrent dans l’ombre, merci de vos conseils.

A DIEU, le créateur, le bienfaiteur, je rends toute la gloire.

De mes débuts dans les tournois de quartiers au stade de l’OHL, la route a été longue et parfois tumultueuse. Mais dans mon rétroviseur, je retiens le bonheur d’avoir pu participer à des Coupes du monde avec les Eléphants de Côte d’Ivoire, d’avoir décroché le sacre de la Coupe d’Afrique des Nations, d’avoir remporté des trophées avec Lokeren, d’avoir été récompensé suite à mes performances, d’avoir lancé mon association le CFC pour éduquer, former gratuitement des jeunes à devenir des hommes à travers le football, d’avoir réussi à dépasser mes limites sans ne jamais rien lâcher…

Quelle chance de pouvoir partager ce langage universel qu’est le football.

Pour tous les jeunes qui décident de vivre de leur passion sachez qu’il n’est rien d’impossible à celui qui a le respect, la volonté, la patience et le sens de l’effort.

Merci à TOUS »

Boubacar Barry “COPA”