Junior Lago ivoirien real majorque

Dans les championnats européens, le football africain compte sur ses icônes qui impressionnent week-end après week-end, comme Sadio Mané, Pierre-Emerick Aubameyang ou encore Mohamed Salah. Mais d’autres noms moins connus parviennent aussi à marquer les esprits alors qu’on ne les attend pas. C’est par exemple le cas de Junior Lago. Retour sur le parcours atypique de celui qui a enfilé le costume de bourreau du Real Madrid avec Majorque (1-0) samedi dernier en Liga.

Samedi dernier, le Real Madrid s’est présenté sur la pelouse de Majorque dans la peau du leader de la Liga. Ce déplacement aux allures de formalités pour les hommes de Zinedine Zidane a pourtant vite viré au cauchemar. Les Madrilènes ont en effet enregistré leur toute première défaite de la saison en championnat (0-1). Cet échec porte la marque d’un homme, l’Ivoirien Junior Lago (28 ans), auteur de l’unique but de la partie. Bien que peu médiatisé, le natif de Yamoussoukro a ce soir-là réalisé une performance XXL. Alvaro Odriozola, son adversaire direct, en fait sans doute encore des cauchemars, car il a tout simplement été martyrisé.

Une carrière essentiellement espagnole

Mais si le monde du foot en général et l’Afrique en particulier le découvraient samedi dernier, cet attaquant ne vient pas de nulle part. Il a fait ses armes au centre de formation Tiehi Joël avant de débuter en Ligue 1 ivoirienne, notamment avec l’Issia Wazi. Du fait de ses bonnes performances, il tape dans l’œil d’un recruteur espagnol qui le fait atterrir en 2009 sur le Vieux Continent, plus précisément en Espagne, à Numancia qui à l’époque, évoluait encore en Liga. L’Ivoirien a alors tout juste 18 ans.

À l’instar de nombreux jeunes footballeurs africains, Junior Lago est confronté à des difficultés d’adaptation et joue assez peu avec son club, relégué en fin de saison (5 apparitions, aucun but). Il trouvera son salut dans un prêt à Eibar (D3) et il lui faudra attendre 10 ans avant de retrouver la Liga. Après un retour peu fructueux à Numancia, il rejoint le Nastic Tarragone en D3 avec qui il marque 17 buts en 2 saisons, ce qui lui ouvre les portes de la D2, d’abord brièvement à Mirandés (7 buts en 6 mois) puis avec Majorque où il signe en janvier 2016. Au fil des saisons, il affiche une belle régularité et se fait un nom au pays de Cervantes. Des clubs comme Valladolid, le Betis ou encore l’Espanyol viennent frapper à la porte. La saison passée, il contribue activement à la promotion de son club avec 11 buts en 44 matchs.

Sans l’accession de son club en première division, il aurait été peu probable de le voir encore évoluer sous les couleurs de Majorque cette saison. Quoiqu’il en soit, après Samuel Eto’o et dans une moindre mesure Achille Webo, l’île de Majorque vient de se trouver un nouveau héros africain, et l’histoire semble partie pour durer.