Coup de théâtre concernant l’avenir de Yaya Touré ! Libre depuis la résiliation de son contrat avec l’Olympiakos en décembre dernier où son bref retour s’est mal passé, le milieu de terrain de 35 ans a décidé de raccrocher les crampons ! C’est du moins ce qu’a annoncé son agent, Dimitry Seluk, ce vendredi. Il s’agit d’un gros retournement de situation alors que l’Ivoirien affirmait récemment qu’il se voit encore jouer 2 ou 3 ans.

«Je le dis pour la première fois : Yaya a décidé de mettre fin à sa carrière de champion», a certifié Seluk pour le média russe Sport24. Visiblement, l’Eléphant a déjà une idée très précise de ce qu’il compte faire à l’avenir. «Yaya a déjà reçu une licence et à partir du mois de juin de cette année, il peut travailler comme second entraîneur dans n’importe quelle équipe. Je pense que l’expérience, les compétences et le professionnalisme d’une personne telle que Yaya seront en demande dans de nombreux pays du monde. (…) Il n’y a pas d’entraîneurs africains en Premier League. Je pense que Yaya sera le premier», a même ajouté Seluk.

Un des plus beaux palmarès africains de l’histoire

En attendant peut-être de briller comme entraîneur (un rêve également caressé par son frère aîné Kolo Touré, actuel adjoint de Brendan Rodgers à Leicester), Yaya Touré aura en tout cas réalisé une carrière exceptionnelle en tant que joueur. Arrivé en Europe en 2001 à Beveren (Belgique) après sa formation à l’ASEC Mimosas, il a continué à éclore avec le Metalurg Donetsk (Ukraine), l’Olympiakos et Monaco avant de tutoyer les sommets au FC Barcelone (2007/10) et surtout à Manchester City (2010/18) où il a marqué l’histoire du club.

Le natif de Bouaké possède l’un des plus beaux palmarès africains de l’histoire avec un sacre en Ligue des Champions (en 2009 avec le Barça), deux en Liga, trois en Premier League et un sacre à la CAN 2015. Cette compétition restera d’ailleurs comme la dernière aventure de Yaya Touré avec les Eléphants puisqu’il s’est mis en retrait de la sélection ensuite et n’a plus rejoué pour son pays malgré un retour avorté en 2018.